En ouverture du congrès HLM à Strasbourg ce mardi, Jean-Louis Dumont, président de l'Union sociale pour l'habitat (USH) a martelé que les bailleurs sociaux fixaient une "ligne rouge" au Gouvernement : "pas de baisse des APL". Précisions.

Après avoir fermement annoncé ce vendredi 22 septembre de refuser toute négociation sur la réforme des APL avec les ministres Jacques Mézard et Julien Denormandie, le mouvement HLM a ouvert, ce 26 septembre 2017, le 78ème congrès HLM dans un état d'esprit "combatif". Devant 5.000 congressistes, Jean-Louis Dumont, président de l'USH, réunissant 723 bailleurs sociaux a clairement fixé une "ligne rouge" au Gouvernement : "Pas de baisse des APL".

 

"Depuis 15 ans elles ont déjà perdu 15% de leur pouvoir d'achat, donc Stop !" a-t-il prononcé dans son discours le mardi matin. Seconde priorité : le président du mouvement HLM demande à ce qu'"il n'y ait pas de remise en cause d'un modèle solide qui porte une dette de 140 milliards d'euros et la couvre par des loyers fixés par la loi. Des loyers encadrés. Faut-il encore le rappeler ?"

 

Enfin, Jean-Louis Dumont refuse la présence "d'apprentis sorciers qui mettraient en péril des organismes utiles dans tous les territoires et entraîneraient avec eux leurs collectivités locales partenaires." Avant d'enfoncer le clou : "Quand un ministère n'est guidé que par une obsession : s'en prendre à ce qui fait le pacte républicain, appauvrir un peu plus les plus modestes, le président du mouvement HLM ne se tait pas !" Pour rappel, Julien Denormandie, secrétaire d'Etat chargé du Logement, a assuré le 21 septembre que "les APL ne baisseraient pas en 2018."

 

"Mobiliser notre trésorerie pour avoir plus de prêts de haut de bilan et sans peser sur la dette publique"

 

Par conséquent, le mouvement HLM entend "maintenir ses propositions" : "Mobiliser notre trésorerie pour avoir plus de prêts de haut de bilan et sans peser sur la dette publique", "produire plus de logement à très bas loyers", "aider les locataires HLM à accéder à la propriété sociale" et enfin "accélérer la rénovation énergétique".

 

"Nous voulons effectivement mobiliser notre mutualisation pour accompagner le plan 'villes moyennes' et territoires en déprise. Et au lieu de cela, ce sont 120 organismes qui seraient en difficulté dès l'année prochaine, si Bercy s'obstine !" a-t- poursuivi. Rappelons que vendredi dernier, le directeur général de l'USH, Frédéric Paul, avait alerté que "cette baisse de ressource annoncée aux bailleurs sociaux de l'ordre de 1,4 milliards d'euros allait mettre au tapis 120 organismes HLM d'ici à la fin de l'année 2017 sur les 500 que compte le parc social." L'USH avait pris, en effet, sa calculette à la main et alertait qu'une baisse future des APL aurait des conséquences premières en Régions en prenant l'exemple de la Région des Hauts-de-France où 10.000 logements sociaux seront non programmés et non rénovés, et l'Ile-de-France, où 21.000 logements ne seront ni construits, ni rénovés.

 

A ce jour, les bailleurs sociaux bénéficient du soutien des associations de locataires, de la fondation Abbé Pierre et également d'Emmaüs, sans compter de Nathalie Appéré (PS), maire de Rennes, Johanna Rolland (PS), maire de Nantes (PS) et enfin d'Alain Juppé (LR) maire de Bordeaux. Sans oublier Alain Ries, maire de Strasbourg. "Le risque est grand de voir freinée, à Strasbourg comme ailleurs, la production de logements sociaux", a prévenu ce mardi l'élu à la tribune du congrès.

 

"Le ministre de la Cohésion des territoires n'a pas saisi l'occasion du Congrès HLM"

 

Les dirigeants des bailleurs sociaux ont attendu de pied ferme Jacques Mézard, qui a pris la parole malgré les hués des congressistes ce mardi en fin d'après-midi à l'issue d'un débat consacré au "développement durable des territoires". Le ministre a voulu être rassurant : "Je suis et je serai à vos côtés, aujourd'hui comme dans les prochains mois, pour m'assurer que la réforme ne mette pas en péril votre équilibre financier."

 

Les organismes HLM ont regretté que "le ministre de la Cohésion des territoires n'ait pas saisi l'occasion du Congrès Hlm pour revenir sur les annonces gouvernementales concernant l'APL." Viendra ensuite, jeudi 28 septembre, l'intervention ce jeudi de son secrétaire d'Etat Julien Denormandie.

 

La présentation du projet de loi de finances 2018 sera décortiquée par l'USH ce mercredi matin

 

Par contre, les congressistes du mouvement HLM en sauront plus dès la présentation du projet de loi de finances 2018, présentée ce mercredi matin. Elle doit confirmer cette obligation imposée aux bailleurs sociaux. Le Gouvernement s'est effectivement dit prêt à "mener le débat jusqu'au bout."

 

"La baisse des APL prévue dans le budget 2018 ne s'appliquera pas en Outre-mer"
La baisse des aides pour les occupants de logements sociaux, prévue dans le budget 2018, ne s'appliquera pas dans les Outre-mer, a annoncé ce mardi la ministre des Outre-mer Annick Girardin, auditionnée par la délégation Outre-mer de l'Assemblée.
"C'est un moratoire acquis, la baisse ne s'appliquera pas", a répondu Annick Guirardin, qui l'annoncera officiellement au Congrès de l'Union sociale de l'Habitat (USH) à Strasbourg.

 

actionclactionfp