INDUSTRIE. Les professionnels des matériaux de construction ont constaté un redressement de leur activité au mois de janvier 2020, après une année 2019 morose. Même si les indicateurs des marchés du BTP sont plutôt bien orientés, le secteur s'attend évidemment dans les prochains mois à un impact du coronavirus.

La barre commençait à être redressée, mais que va-t-il se passer dans les prochains mois ? Dans son bulletin de conjoncture portant sur le mois de janvier 2020, l'Union nationale des industries de carrières et matériaux de construction (Unicem) souligne un début d'année encourageant, avec un redressement de l'activité en janvier. Pour rappel, les professionnels du secteur avaient enregistré un exercice 2018 particulièrement dynamique, avec même un "point haut" fin 2018 - début 2019, qui était toutefois redescendu dans le courant de l'année 2019, la production de béton prêt-à-l'emploi (BPE) et de granulats connaissant une moyenne annuelle en quasi-stagnation. Une situation de ralentissement qui s'était néanmoins amoindrie sur les derniers mois de 2019, et dont la tendance s'est confirmée début 2020.

 

En effet, bien que la production ait été impactée par les grèves et mouvements sociaux de décembre 2019 contre la réforme des retraites du gouvernement d'Edouard Philippe, les données provisoires pour janvier 2020 indiquent qu'elle a rebondi de 7,6% sur un mois, et même de +8,9% par rapport à janvier 2019. Difficile de dire pour l'heure s'il s'agit d'un effet de rattrapage et/ou de la poursuite du redressement, mais quoi qu'il en soit, l'activité des granulats a enregistré +3,6% sur les trois derniers mois (novembre à janvier) en comparaison au trimestre précédent, et elle a crû de 1,2% par rapport à la même période, un an plus tôt. Le BPE profite lui aussi d'une tendance favorable, avec +10,6% entre décembre et janvier, et +5,5% entre janvier 2019 et janvier 2020. Quant à l'indicateur des matériaux dans leur globalité, il augmente de 8,1% sur un an, mais après avoir connu un repli de 5,4% entre le 4e trimestre 2018 et le 4e trimestre 2019.

 

Incertitudes sur les prochains mois

 

Les industriels de la construction demeurent confiants sur les prochains mois, dans la mesure où les indicateurs économiques des marchés du BTP sont favorablement orientés. L'optimisme des chefs d'entreprises du bâtiment et des travaux publics est à nuancer, mais d'une manière générale les enquêtes d'opinions stationnent à un niveau élevé, et l'activité de construction résidentielle affichait encore de bonnes performances début 2020. Néanmoins, les interrogations et inquiétudes se multiplient depuis quelques jours, avec l'arrivée de la pandémie du coronavirus sur le sol français, et les mesures drastiques qui s'en sont suivies. Le confinement sanitaire et le ralentissement économique bouleversent l'ensemble des secteurs d'activité, et celui des industries de carrières et de matériaux de construction ne sera pas épargné. A l'échelle mondiale, le déséquilibre majeur observé entre l'offre et la demande, à l'image de ce qui se passe sur les marchés du pétrole et du gaz, empêche toute visibilité claire sur les prochains mois.

 

"Même s'il est encore difficile d'estimer le réel impact de l'épidémie de Covid-19 qui s'étend actuellement sur le territoire, il semble acquis qu'au niveau national, l'activité sera fortement ralentie pendant une bonne partie de l'année 2020", prévient l'Unicem dans sa lettre de conjoncture. "Bien qu'étant également touché, le secteur du BTP et des matériaux apparaît cependant moins exposé que d'autres activités comme le tourisme, l'hôtellerie-restauration, les loisirs, etc., qui, une fois le pic pandémique passé, ne pourront jamais rattraper les pertes de volumes ou d'activité subies."

actionclactionfp