Les architectes Frédéric Bonnet (Obras) et Lucie Niney (collectif Ajap 2014) ont détaillé ce lundi 2 mai le contenu du Pavillon France de la prochaine Biennale de Venise, déclinant le thème "Nouvelles du front, nouvelles richesses ?"

Devant les dorures du ministère de la Culture et de la Communication, l'architecte Frédéric Bonnet (Obras), commissaire du pavillon français de la future Biennale d'architecture de Venise, - du 28 au 27 novembre 2016- a expliqué aux côtés de l'architecte Lucie Niney (Collectif Ajap 2014) le choix de la scénographie du projet "Nouvelles Richesses" fondée essentiellement autour d'expériences réelles de territoire.

 

"Durant toutes ces dernières années, quand on parlait d'architecture, il n'était question que des grands projets phares des grandes métropoles : Grande Bibliothèque, Grand Louvre, Grand stade..., a rappelé Frédéric Bonnet, en présence de la ministre Audrey Azoulay, ministre de la Culture et de la Communication. J'ai voulu cette fois que l'on parle du reste, de ces petites opérations bien faites, susceptibles de changer la vie, partout, dans les bourgs, les villages, les banlieues et tout ce péri-urbain délaissé." Tout en précisant qu'avec le collectif Ajap 2014, ils ont voulu "rebondir cette année sur l'intermédiation posée par Alejandro Aravena, commissaire général de la Biennale." Une thématique "Les Nouvelles du Front" voulue, en effet, par l'architecte chilien.

 

Le commissaire français a alors rappelé quels sont ces territoires familiers confrontés à l'architecture "ordinaire", au travers de 22 opérations photographiées, sélectionnées ces mois-ci à travers la France. "On y retrouve effectivement des environnements variés : rural, urbain, péri-urbain, métropolitain", a-t-il précisé, en prenant l'exemple du Centre d'art à Cherbourg, réalisé par Eric Lapierre en 2008), des logements à Chanteloup-en-Brie, conçus par Jean & Aline Harari en 2003 ou bien encore un magasin de cycle imaginé à Challans par Ronan Prineau en 2015.

 

"Comme des reporters au contact des architectes, des maires et commerçants", Frédéric Bonnet

 

"Nous sommes vraiment partis comme des reporters au contact des architectes, des maires, des commerçants", a ajouté Frédéric Bonnet. "Et la scénographie sera au service de la richesse du contenu", garantissent également Frédéric Bonnet et Lucie Niney. Elle prendra ainsi forme autour d'un discours élargi au territoire et pas seulement à travers une exposition d'architecture au sens classique.

 

Et au Grand Prix d'Urbanisme 2014 de conclure : "Le front d'aujourd'hui dont il faut rapporter des nouvelles se lit notamment dans les rapports d'Emmaüs, en France, où 3,5 millions de gens vivent dans des conditions indignes, et 10 millions sont mal logés." "C'est pourquoi la question de l'habitat précaire sera bien présente à Venise", nous a-t-il confirmé.

 


actionclactionfp