Nicolas Bammez identifie quatre avantages : l'accessibilité à tous les sites grâce aux qualités de vol, de stabilité et de maniabilité des engins. La sécurité, puisque des machines remplacent l'intervention humaine, il n'est plus nécessaire d'envoyer des personnes en hauteur sur des toitures, des cheminées ou des façades. La rapidité ensuite, les drones pouvant être déployés en quelques minutes là où l'installation d'une plateforme élévatrice ou d'une nacelle prendrait des heures. De plus, le vol de la machine n'endommage aucunement les bâtiments alors que les interventions de lourdes machines de levage entraînent un risque de dégradation. Enfin, le responsable du développement de l'activité drones au sein du groupe Nox estime que le coût plaide nettement en faveur des engins télé-opérés.

 

Toutefois, le recours aux drones les plus performants reste encore cher : Philippe Gourdain chiffre la journée de déploiement d'un drone avec son pilote à 2.000 voire 4.000 €, selon l'engin et l'intervention. Le drone Octocopter en fibre de carbone muni de huit rotors et d'une caméra thermique coûte 15.000 €…

actioncl