PALMARÈS. Internet des objets, BIM, intelligence artificielle, data… Toutes les grandes tendances de la technologie ont été distinguées lors des Prix Smart Building organisés par le Gimélec et Construction21. Détails.

Le Gimélec réunit des industriels concevant et fabriquant des systèmes de pilotage et d'optimisation des énergies ou des procédés. C'est donc tout naturellement qu'avec Construction21, base de données d'édifices et quartiers exemplaires, que l'organisation professionnelle a remis des récompenses nommées "Prix Smart Building" qui distinguent des jeunes pousses faisant avancer l'intelligence dans les bâtiments. Des "solutions connectées qui profitent aux occupants et exploitants de bâtiments tertiaires, collectifs ou individuels, en leur apportant plus de confort, de services et d'optimisation énergétique", font valoir les deux partenaires.

 

Olivier Delépine, président du comité Marché Bâtiment, précise : "Avec ces Prix Smart Building, le Gimélec montre sa volonté de s'investir dans une dynamique d'ouverture sur l'écosystème des startups et de déploiement de l'Open innovation. Nous souhaitons intégrer les nouveaux acteurs du digital dans la chaîne de valeur du Smart building et donc dans la feuille de route du Gimélec. Il s'agit d'apprendre à travailler ensemble, à co-innover". De son côté, Sébastien Meunier, pilote du groupe de travail "Transformer la filière Bâtiment", ajoute : "Cette révolution [digitale] permet la création de services à valeur ajoutée pour le bâtiment, ses exploitants et occupants. Avec les nouveaux acteurs nous avons accès à de nouvelles compétences qui, combinées à nos savoir-faire technologiques, contribuent à changer le monde de l'exploitation".

 

Mettre beaucoup d'intelligence dans les bâtiments

 

Dans la catégorie "Business model" c'est la jeune pousse Eficia qui a été distinguée par le jury (*). La solution est présentée comme une "gestion intelligente des bâtiments" afin de maximiser leur performance. Pour la catégorie "Internet des objets", le prix est allé à la startup Hydrao et à son pommeau de douche connecté. Ce dernier permet d'inciter aux économies d'eau chaude de manière ludique. Autre distinction, dans la catégorie "Data" : OpenDataSoft et sa plateforme de partage, gestion et publication de données, destinée aux institutions et collectivités. Le BIM représentait une famille de solutions particulières, où c'est Snapkin qui a tiré son épingle du jeu. Cette jeune entreprise avait déjà été primée lors d'EnerJmeeting 2018 pour sa solution de traitement de données issues de scanners 3D.

 

Pour la catégorie "Energie renouvelable", les jurés ont choisi de primer Sylfen. La jeune pousse, partenaire du CEA, annonce "développer des solutions intégrées de stockage d'énergie et de production par cogénération à destination des bâtiments et des éco-quartiers souhaitant couvrir leurs besoins en toute sérénité à partir de sources d'énergies locales et renouvelables". Enfin, "last but not least", la startup Ween a raflé deux prix : celui de la catégorie "Intelligence artificielle" ainsi que le coup de cœur du jury. Grâce à l'IA, la société assure prédire les flux de personnes afin d'adapter leurs environnements en temps réel.

 


(*) composition du jury : Joseph Fellah (ABB France), Jean-Eric Garnier (Chauvin Arnoux Energy), Olivier Gros (E'nergys groupe Socomec), Rodolphe Heliot (Schneider Electric), Tarik Laouedj (Legrand), Eric Thomas (Hager Electro SAS).

actionclactionfp