Le Groupement des entreprises de restauration des monuments historiques (GMH) attendent des engagements forts de la part des candidats à la présidentielle. Découvrez leurs propositions.

Les professionnels de la restauration du Patrimoine comptent bien, eux aussi, se faire entendre dans cette campagne présidentielle. Rappelant l'attachement des Français à leurs monuments, GMH regrette que le Patrimoine soit "menacé car l'Etat l'abandonne" et demande aux candidats à la présidence de la République de prendre des engagements forts pour préserver la filière de la restauration du Patrimoine.

 

Dans un édito, le Groupement des entreprises de restauration des monuments historiques (GMH) formule ainsi une série de propositions. La filière réclame une loi de programme pour les 10 prochaines années afin d'assurer une stabilité, dont le montant s'élèverait à 750 millions d'euros par an, contre 320 M€ actuellement. Elle préconise aussi le maintien des leviers fiscaux pour la restauration du Patrimoine et le renforcement des aides sur les monuments classés pour le mécénat.

 

Soutenir la transmission du savoir-faire

 

GMH propose la création d'un dispositif pour "collecter des fonds et des dons volontaires des touristes amoureux du patrimoine comme cela existe dans plusieurs pays". Les acteurs de la restauration du Patrimoine souhaitent que soient sanctuariser une dotation spécifique à l'attention des collectivités pour l'entretien de leur patrimoine.

 

GMH insiste enfin sur l'importance de la formation et réclame des engagements permettant aux entreprises de pérenniser leur activité en continuant de former des jeunes tout en conservant les anciens. Parce que ces derniers sont les formateurs des apprentis, GMH demande un allègement des charges pour les maîtres de formation.

actionclactionfp