Le premier prix du palmarès Concours Acier 2020 se partage entre deux projets lauréats. Tout d'abord, le projet "Machine à paysage", consistant à repenser l'ancienne décharge de Montpellier, un site industriel aujourd'hui abandonné, est porté par Caroline Desplan, de l'Ecole nationale supérieure d'architecture (Ensa) de Paris-Belleville. Il s'agit ici d'intégrer un nouveau paysage, valorisé et écologique, sur la côte méditerranéenne à proximité de l'agglomération montpelliéraine, qui connaît une forte densité d'activités humaines.

 

"La Machine à paysage est une usine à double effet. En tirant parti de la décharge pour la dépolluer et en extraire du méthane, qui deviendra une source d'énergie pour la seconde partie de l'usine, elle profite de son implantation entre rivière et étang et installe une centrale osmotique, nécessitant de l'eau douce et salée, pour produire de l'électricité", détaille le jury dans un communiqué.

 

Production d'électricité et respect de l'environnement

 

Un projet qui doit permettre d'alimenter la ville voisine et ses quelque 16.300 habitants en électricité mais également d'améliorer l'écosystème de la zone tout en restructurant cette friche industrielle et lui attribuer une mission plus respectueuse de l'environnement. "Poutre treillis en acier de 240 mètres, l'usine se soulève sur des cuves porteuses, sans toucher au sol naturel", poursuivent les jurés. "Encadrée de larges escaliers, c'est la structure qui exprime la fonction de l'architecture. Le toit-terrasse projette le regard vers l'horizon marin." La perspective obtenue est censée porter le regard du visiteur par-delà les cuves et l'inciter à se promener sur toute la longueur du bâtiment pour admirer le paysage qui s'offre à lui.

actioncl