RENOUVELABLES. Réunis à l'occasion d'un colloque consacré à l'auto-consommation photovoltaïque, les professionnels de l'énergie solaire ont salué une rentrée aux nombreuses opportunités pour leur filière. Mais pour continuer à surfer sur cette bonne dynamique, ils demandent davantage de moyens.


La rentrée de septembre 2021 semble être propice à l'énergie solaire. C'est ce que veulent croire les professionnels de la filière, réunis pendant deux jours à Paris pour la 4e édition de l'Université de l'auto-consommation photovoltaïque. Organisé par le syndicat Enerplan, l'évènement compte revenir sur les nombreuses actualités dont le solaire fait l'objet : des appels d'offres publiés, un guichet ouvert élargi à 500 kilowatts-crête, des textes encourageant l'auto-consommation collective, et bien sûr des obligations de recourir à des installations photovoltaïques pour certaines constructions neuves par le biais de la Réglementation environnementale 2020 - bureaux, entrepôts logistiques, bâtiments commerciaux et parkings étant concernés par le fameux décret tertiaire.

 

La nouvelle version de la PPE et les mesures européennes dans le viseur

 

Pour le président d'Enerplan, Daniel Bour, ce mois de septembre marque donc une rentrée "importante" : "Importante parce que nous allons commencer à préparer la prochaine PPE (Programmation pluriannuelle de l'énergie) ; importante par les échéances électorales qui nous attendent, dans lesquelles la question du mix énergétique reviendra sans doute en première ligne ; importante car la France va prendre la présidence de l'Union européenne le 1er janvier, au moment où les travaux du paquet 'Fit for 55' se concluront ; importante car on s'achemine vers des raccordements records : nous avons mis 15 ans pour raccorder 10 gigawatts de solaire - nous en avons raccordé plus d'un au premier semestre".

 

Autant de points sur lesquels les spécialistes de l'énergie et les responsables politiques se positionnent : la semaine dernière, Jean-Bernard Lévy, le patron d'EDF, a estimé devant une mission d'information de l'Assemblée nationale que les estimations de la PPE s'inscrivaient dans "une fourchette très basse" par rapport aux futurs besoins de l'Hexagone.
Il vous reste 64% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter
Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp