CITÉ VERTE. L'architecte italien Stefano Boeri persévère dans sa volonté de verdir les immeubles. Il construit, dans la province du Guangxi (Chine), non pas une tour, ni un éco-quartier, mais toute une ville entièrement végétalisée. Découverte.

La Chine a lancé un vaste plan de transition énergétique et urbanistique destiné à rendre plus respirable son atmosphère polluée. Diverses initiatives de verdissement ont été lancées, dont la construction de tours-bosquets à Shanghai, Shenzhen et Nankin, sur le modèle du Bosco Verticale de Milan. Mais l'architecte italien Stefano Boeri, va cette fois-ci un cran plus loin, avec le master plan de la ville-forêt de Liuzhou (Chine).

 

Le projet, accepté par la commission de planification urbaine municipale de Liuzhou, une préfecture de 3,8 millions d'habitants du sud du pays, prévoit de construire toute une cité végétalisée capable d'accueillir 30.000 résidents. S'étalant sur plus de 175 hectares le long d'une boucle de la rivière Liu, la ville présente la particularité d'être entièrement recouverte de plantes. Les arbres seront même plus nombreux que les habitants, puisqu'il est prévu que 40.000 d'entre eux soient plantés sur les différentes terrasses des constructions. Qu'il s'agisse d'immeubles d'habitation, de tours de bureaux, d'hôtels, d'hôpitaux ou d'écoles, tous les bâtiments deviendront des jardins suspendus, abritant des pousses de 100 espèces différentes.

 

Découvrez les spécificités de la Liuzhou Forest-City en images dans les pages suivantes

actionclactionfp

Liuzhou Forest-City : une végétation luxuriante

Liuzhou Forest-City
Liuzhou Forest-City © Stefano Boeri Architetti
D'après les calculs de Stefano Boeri Architetti, cette ville-forêt sera capable d'absorber environ 10.000 tonnes de CO2 par an et 57 tonnes de poussières fines, tout en produisant 900 tonnes d'oxygène. Afin d'être cohérent avec cet objectif de dépollution, l'éco-cité, implantée au nord de la préfecture de Liuzhou, lui sera connectée par un système de transport rapide par rail, évidemment électrique, et donc sans pollution. Les immeubles seront rafraîchis grâce à de l'énergie géothermale tandis que des panneaux solaires photovoltaïques collecteront le rayonnement solaire pour produire du courant. L'architecte espère parvenir à un ensemble urbain totalement autonome de ce point de vue.

Liuzhou Forest-City : les bénéfices attendus

Liuzhou Forest-City
Liuzhou Forest-City © Stefano Boeri Architetti
L'atmosphère de la ville sera donc purifiée par le million de plantes, buissons, arbustes et arbres qui pousseront sur ses façades et terrasses. Une végétation qui contribuera également à abaisser la température, élevée dans cette région montagneuse subtropicale, et qui amènera un retour de la biodiversité. Les insectes, oiseaux et autres petits animaux y trouveront à la fois abri et nourriture. Il est prévu que le chantier soit achevé en 2020. Outre ses projets à Nankin, Shanghai et Liuzhou, Stefano Boeri planche également sur des missions de "forestation" et de "déminéralisation" urbaines à Shijiazhuang, Guiyang et Chongqing. La Chine serait-elle en passe de se dépolluer ?

Liuzhou Forest-City : la fiche technique

Liuzhou Forest-City
Liuzhou Forest-City © Stefano Boeri Architetti
Projet : Liuzhou Forest-City
Localisation : province du Guangxi (Chine)
Architectes : Stefano Boeri Architetti (Milan), Shanghai Tongyan Architectural & Planning Design Co.
Superficie : 138,5 hectares
Calendrier : 2016 (études, conception du master plan, dessins préliminaires), 2020 (inauguration)

Liuzhou Forest-City : détail des immeubles

Liuzhou Forest-City
Liuzhou Forest-City © Stefano Boeri Architetti
Les immeubles blancs aux façades courbes et aux multiples terrasses en escaliers rappellent l'urbanisme balnéaire des années 1970, qu'il s'agisse de La Grande-Motte ou de Marina Baie-des-Anges sur la Méditerranée.

Liuzhou Forest-City : des axes de transport

Liuzhou Forest-City
Liuzhou Forest-City © Stefano Boeri Architetti
Outre le transport rapide par rail, la ville-forêt sera également reliée à la préfecture de région par un axe routier classique. Il est espéré que le véhicule électrique ou hydrogène se développe rapidement en Chine, afin de ne pas effacer totalement les avantages environnementaux des constructions par une intense circulation de véhicules classiques...

Liuzhou Forest-City : quasi-invisible vue du ciel

Liuzhou Forest-City
Liuzhou Forest-City © Stefano Boeri Architetti
A l'instar de temples mayas engloutis par la jungle, les grands immeubles pyramidaux de Liuzhou seront quasiment imperceptibles depuis les airs grâce à leur épais manteau de verdure. Seule l'une des stations de l'express se pare de couleurs chaudes et vives, sans doute éclairée par des LEDs.

Liuzhou Forest-City : des ensembles confortables

Liuzhou Forest-City
Liuzhou Forest-City © Stefano Boeri Architetti
Aucune perspective ne montre l'intérieur des immeubles, ni les aménagements prévus. Mais les grandes baies vitrées donnant sur des balcons plantés laisse présager d'un certain confort pour les habitants. Rappelons que la ville nouvelle devrait accueillir 30.000 résidents.

Liuzhou Forest-City : de vastes espaces entre les constructions

Liuzhou Masterplan
Liuzhou Masterplan © Stefano Boeri Architetti
En plus des terrasses végétalisées, les habitants jouiront également de grandes étendues vertes, non artificialisées, entre leurs tours. Les modes de déplacement doux y seront favorisés, tandis que la concentration des usages (logement, tertiaire, services de santé et d'éducation), limitera le besoin à couvrir de grandes distances.

Liuzhou Forest-City : une jumelle à Shijiazhuang ?

Shijiazhuang Forest City
Shijiazhuang Forest City © Stefano Boeri Architetti
Stefano Boeri sera-t-il l'architecte phare de la Chine du 21e siècle ? Il entend laisser beaucoup de constructions durables aux quatre coins de l'Empire du Milieu en tout cas. Comme ici à Shijiazhuang.

Liuzhou Forest-City : Bosco Verticale, la tour pionnière

Bosco Verticale
Bosco Verticale © Stefano Boeri Architetti
C'est de là que tout est parti pour Stefano Boeri. A partir de ces deux tours milanaises, achevées en 2015, il a développé tout son concept de "forêt urbaine" qui commence à séduire les autorités chinoises.