ROUTE. Le ministère de Transports a annoncé la création d'une "cellule de coordination" pour trouver une solution face aux manques de bitume. Elle assurera un suivi hebdomadaire afin de mieux anticiper les besoins pour les chantiers.

Les acteurs concernés par la pénurie de bitume, constatée par Routes de France, le 13 juillet 2018, ont été reçus au ministère des Transports. Au programme, essayer de trouver une solution commune à ce manque qui ralentit et arrête certains chantiers routiers. Finalement, le gouvernement a annoncé la mise en place d'une "cellule de coordination". Cette dernière assurera un suivi hebdomadaire de la situation et cherchera à améliorer la prévision des besoins en bitume. "Les acteurs ont également convenu de la nécessité de se doter d'une meilleure visibilité à moyen et long terme sur les besoins de l'ensemble de la filière", précise le ministère.

 

A l'occasion de cette rencontre, Routes de France (Colas, Eurovia, Eiffage Routes), France Bitume, l'Union française des industries pétrolières (Ufip), la Fédération nationale des transports routiers (FNTR), Transport et logistique de France (TLF) et l'Association des transporteurs de matières dangereuses (ATMD) ont réfléchi aux causes de ce manque de bitume. Si d'un côté Routes de France a affirmé ne pas connaître l'origine de la situation, de l'autre l'Ufip a pointé les difficultés d'approvisionnement dues aux récentes grèves de la SNCF contre la réforme du rail. Pour sa part, le ministère des Transports est resté mesuré : "La situation actuelle résulte d'une accumulation de facteurs conjoncturels". Une réunion entre Elisabeth Borne, ministre des Transports, et les représentants des organisations professionnelles du transport routier est prévue ce mercredi 25 juillet 2018.

actionclactionfp