RÉNOVATIONS LOURDES. A quelques jours du Congrès HLM, Emmanuelle Cosse, présidente de l'USH, a fait part de son inquiétude sur la capacité des bailleurs sociaux à rénover, d'ici 2025, les HLM de classe G, avant qu'entre en vigueur l'interdiction de les louer. Aujourd'hui évalué à 75.000, leur nombre pourrait être bien plus important, suite au changement de mode de calcul du diagnostic de performance énergétique.


L'interdiction de louer des passoires énergétiques n'inquiète pas que les propriétaires bailleurs du secteur privé. Les bailleurs sociaux, représentés par l'USH (Union sociale pour l'habitat), qui, eux aussi, ont, dans leur parc, plusieurs centaines de milliers de logements classés F et G au diagnostic de performance énergétique (DPE), s'inquiètent de ne pas avoir le temps de le rénover avant que le couperet de l'interdiction ne tombe.

 

Pour les logements de la classe G, le mouvement HLM s'était fixé "l'objectif de les rénover d'ici 2027", rappelle, lors d'un point à la presse, le 22 septembre, Emmanuelle Cosse, présidente de l'USH (Union sociale pour l'habitat). Mais la loi Climat et résilience, adoptée cette année, a, de fait, accéléré ce calendrier en imposant une interdiction de louer les logements classés G en 2025 (2028 pour les logements classés F).

 

Avec le nouveau DPE, le nombre de HLM considérés comme passoires pourrait augmenter fortement

 

Il vous reste 70% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter
Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp