CONJONCTURE. Entrée en vigueur de la Réglementation environnementale 2020, pénuries de matériaux, difficultés de recrutement, mais aussi enjeux de la profession et élection présidentielle : Franck Dessemon, à la tête de l'Union nationale des économistes de la construction, revient avec Batiactu sur les grands dossiers qui ont agité et vont encore agiter le secteur.


Les sujets d'actualité ne manquent pas en cette rentrée de janvier 2022 : entrée en vigueur - tant attendue - de la Réglementation environnementale 2020, pénuries de matériaux et inflation, difficultés de recrutement, mais aussi enjeux de la profession et élection présidentielle... Franck Dessemon, à la tête de l'Union nationale des économistes de la construction (Untec), revient avec Batiactu sur les grands dossiers qui ont agité et vont encore agiter le secteur.

 


Batiactu : Les avis semblent diverger sur les difficultés d'approvisionnement en matériaux et les hausses de prix qu'elles entraînent : certains disent qu'elles se calment, d'autres affirment le contraire. Que constatez-vous à votre échelle ?

 

Franck Dessemon : Nous constatons deux tendances : au niveau des chantiers tout d'abord, la situation se passe très bien. Les entreprises et les industriels font face, l'impact sur les coûts et les délais d'approvisionnement est réel mais l'économie a su réagir et s'adapter, même si cela génère en effet de légers surcoûts voire des propositions d'alternatives. Mais les entreprises sont très agiles et les maîtres d'ouvrage, très conciliants. L'autre tendance, plus préoccupante, est que les entreprises prennent des engagements sur des prix futurs, ce qui induit une perte de visibilité sur l'évolution des prix et pourra provoquer des difficultés, dans la mesure où l'on demande à des acteurs économiques de s'engager aujourd'hui sur des niveaux de prix pour 2023-2024. Or cela nécessite une réelle analyse des risques et pourrait perturber l'économie.

 

Il y a donc deux problématiques : d'une part, la révision des prix, et d'autre part, le risque d'engagement sur ces prix. Ce qui nous amène à avoir deux lectures : une lecture positive sur le terrain, et une lecture plus inquiète sur comment cela va se passer à terme, en s'engageant aujourd'hui sur les inconnues de demain. Notre rôle, en tant qu'économistes de la construction, est alors d'arriver à prendre des hypothèses pour déterminer les objectifs de prix sur les années à venir. Mais ce ne sont que des hypothèses, or un entrepreneur, lui, doit prendre des engagements concrets. Pour résumer, on s'engage donc en valeur d'aujourd'hui mais on manque de données sur la valeur des prix de demain et sur leur évolution entre-temps. Il peut donc y avoir une certaine crainte sur les projets à venir.
Il vous reste 73% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter
Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp