PATRIMOINE. Des spécialistes forestiers ont commencé ce 3 février 2021 à sélectionner les chênes nécessaires pour le chantier de reconstruction de la cathédrale de Notre-Dame de Paris, et notamment de l'emblématique flèche. Les professionnels établissent leur choix en fonction d'un certain nombre de critères physiques.

C'est une décision symbolique autant que technique que sont en train de prendre les experts forestiers. Ce 3 février 2021, ils ont parcouru le massif de Conche Breteuil, dans l'Eure, pour sélectionner les premiers chênes qui serviront à reconstruire la cathédrale Notre-Dame de Paris, et particulièrement sa flèche emblématique. Dans un reportage consacré à cette opération, nos confrères de France Inter ont suivi les spécialistes dans leur processus de choix : "Pour l'instant, on est dans une phase de sélection des arbres en fonction des pièces de charpente qui seront nécessaires pour la flèche", a ainsi expliqué François Hauet, expert forestier à Louviers et vice-président de l'Association normande des experts forestiers. "On va choisir des arbres en forêt en fonction de leurs dimensions : hauteur, diamètre, qualité, de façon à pouvoir tirer des pièces de charpente."

 

Les critères arrêtés correspondent aux caractéristiques des arbres centenaires

 

La sélection a été réalisée sur des parcelles privées de la commune de La Neuve-Lyre, qui seront finalement en mesure de fournir 15 à 20 chênes pour le chantier de restauration. D'autres analyses sont prévues d'ici quelques jours dans le département de l'Orne. "Les architectes chargés de la reconstruction souhaitent que l'on fasse la récolte des sélections des premiers chênes en forêt pour reconstruire la flèche de Viollet-le-Duc", poursuit François Hauet au micro de la radio publique. Les équipes devront donc choisir "une majorité d'arbres de grosses dimensions de 50, 60, 80 ou 90 centimètres de diamètre et de 8 à 14 mètres de hauteur, (...) qui correspond au fût de l'arbre, dans lequel le bois sera scié pour faire des pièces de charpente". De telles caractéristiques physiques correspondent à "des arbres qui ont minimum 100 ans, et jusqu'à 200 pour certains, parfois même un peu plus", selon Philippe Gourmain, membre de l'inter-profession France bois forêt, chargé de coordonner la récolte des arbres pour le chantier de Notre-Dame.

 

Pour rappel, la filière forêt-bois s'était engagée à fournir les matériaux nécessaires pour rebâtir l'édifice sinistré par l'incendie du 15 avril 2019. Dès que la décision de reconstruire la flèche à l'identique a été prise, les professionnels du secteur se sont lancés dans une vaste opération d'identification des bois menée à l'échelle nationale, dans des massifs aussi bien publics que privés. D'après les spécialistes du dossier, la reconstruction de la flèche imposera de recourir à pas moins d'un millier de chênes, lesquels devront être abattus courant mars pour disposer d'un temps de séchage suffisant. Les chênes qui serviront à rebâtir la "forêt" de la charpente de Notre-Dame, quant à eux, seront sélectionnés à l'automne 2021.

actionclactionfp