MARCHE. L'UFME a publié une étude portant sur le marché français de la fenêtre en 2017. D'après ce document, la fenêtre PVC représente près de 60% du total des fenêtres. Quant à la fenêtre-type, elle est majoritairement à frappe, de couleur blanche, et son prix moyen HT s'établit à 350 € sans pose.

Dans une étude consacrée au marché français de la fenêtre en 2017, l'Union des fabricants de menuiseries extérieures (UFME) a dressé quelques enseignements : la fenêtre-type est en PVC (60% des produits), au prix moyen HT de 350 € sans pose, 580 € en fabrication et pose, et 885 € en fourniture et pose. Il s'agit majoritairement d'une fenêtre à frappe, de couleur blanche, dont les performances thermiques sont inférieures à 1,4 UW. Enfin, près de 7 fenêtres sur 10 sont certifiées NF.

 

Le PVC trône au sommet du podium

 

Mais l'étude de l'UFME nous livre bien plus de détails. En premier lieu, la répartition du marché de la fenêtre par type d'ouverture : en 2017, il s'est vendu 5.227.000 fenêtres à frappe, 2.767.000 en OB, 1.400.000 en coulissant, et 306.000 dans les autres catégories. Le PVC l'emporte dans les catégories "à frappe" et "OB" avec respectivement 3.280.000 (63% du total) et 1.648.000 (60%) produits, tandis que l'aluminium sort vainqueur dans les catégories "coulissant" et "autres" avec respectivement 1.020.000 (73%) et 170.000 (56%) unités.

 

La rénovation, un marché davantage porteur que celui de la construction

 

Concernant la répartition du marché par type de chantier, l'UFME nous apprend qu'il s'est commercialisé 2.389.000 fenêtres dans le neuf en 2017, avec plus précisément 1.226.000 sur le segment maison individuelle et 860.000 sur celui du logement collectif. Sur le marché de la rénovation, le total des menuiseries extérieures vendues atteint les 8.486.000, dont 5.663.000 sur le segment maison individuelle, 976.000 sur celui de l'appartement à l'unité et 556.000 sur celui de l'immeuble collectif.

 

Le PVC leader dans le neuf comme dans la rénovation

 

En s'intéressant à la répartition par matériau selon le type de chantier, on s'aperçoit que le PVC est majoritaire dans la maison individuelle neuve (702.000 unités, 57% du segment) et dans le logement collectif neuf (660.000, 77%), lui assurant ainsi la première place sur le marché total du neuf (1.396.000, 58%). L'aluminium établit certes une percée sur le segment du non-résidentiel neuf (252.000, 83%), mais finit à la deuxième place sur le marché total du neuf (844.000, 35%). Il est suivi par les produits en bois (88.000, 4%) et mixtes (59.000, 2%).

 

Le PVC confirme sa place de leader dans la maison individuelle et l'appartement à l'unité rénovés (4.128.000, 62%), ainsi que pour les immeubles de logements réhabilités (396.000, 71%). Là encore, l'aluminium se distingue pour le non-résidentiel rénové (921.000, 71%). Au total, le marché de la modernisation est dominé une nouvelle fois par le PVC (4.804.000, 57%), suivi par l'aluminium (2.351.000, 28%), le bois (1.082.000, 12%) et les produits mixtes (221.000, 3%).

 

Des fenêtres "made in France" à une écrasante majorité

 

L'étude s'attarde également sur les importations de menuiseries extérieures. Il en ressort que les fenêtres en PVC sont fabriquées à 85% en France, soit 5.300.000 unités, pour un marché tricolore total de 6.200.000 produits. De même, les trois autres catégories sont estampillées "made in France" à une écrasante majorité : le bois totalise 1.030.000 unités fabriquées en France, soit 88% du total des 1.170.000 produits ; l'aluminium comptabilise 3.100.000 unités conçues dans l'Hexagone, soit 97% du total des 3.195.000 produits ; et enfin les fenêtres mixtes se chiffrent à 270.000 unités fabriquées en France, soit 96% du total des 280.000 produits. Au total, tous segments confondus, les menuiseries extérieures sont fabriquées à hauteur de 89% dans l'Hexagone (9.700.000), et le marché ne réalise des importations qu'à hauteur de 11% (1.145.000), pour un total général de 10.845.000 produits.

 

Malgré tout, l'UFME note que les importations ont progressé sur certains segments de matériaux. Le PVC est ainsi passé de 613.000 importations en 2015 à 900.000 en 2017, tandis que le bois est passé de 111.000 à 140.000 sur la même période. Seul contrepoids : les importations d'aluminium, tombées de 263.000 en 2015 à 95.000 en 2017. En 2015, le marché avait importé au total 1.010.000 unités.

 

Et quelles perspectives pour le marché de la fenêtre ? D'après l'UFME, la tendance serait à une très timide augmentation, légèrement supérieure à 1%, représentant un volume de 11.315.000 unités, toujours dominé par le PVC. Ce dernier verrait toutefois ses parts de marché continuer de baisser, passant même sous la barre des 50%. Quant aux importations, elles auraient tendance à croître de manière plus conséquente, à hauteur de +4%, représentant un volume de 1.200.000 produits.

actionclactionfp