Dans les conflits qui opposent les patrons des TPE aux banques, le secteur du BTP est toujours en première ligne et fera l'objet d'un suivi attentif en 2015, a indiqué la Médiation du Crédit. Réactions de la Capeb.

En 2014, le nombre moyen de saisines auprès de la Médiation du Crédit a reculé de 16%, d'après les données du rapport annuel dévoilées ce mardi 17 mars, par l'organisme chargé de faciliter ou de débloquer les négociations entre les banques et TPE pour l'obtention ou le renouvellement d'un crédit. Toutefois, dans le secteur du bâtiment et des travaux publics, les difficultés perdurent.

 

"Le BTP, secteur le plus demandeur"

"Le secteur du BTP va continuer à faire l'objet d'un suivi attentif en 2015 en raison de la conjoncture difficile"
, a justement souligné ce mardi, dans un communiqué Fabrice Pesin, Médiateur national du crédit. Avant de reconnaître : "Dans ce secteur, des dossiers restent compliqués à traiter, la situation de certains groupes étant dégradée en raison par exemple de carnets de commandes peu fournis."

 

"Ces derniers chiffres dévoilés par le médiateur traduisent bien que le bâtiment est dans son champ de vision et je suis ravi que le radar de la médiation jette un œil attentif au secteur, nous indique Patrick Liébus, président de la Capeb et vice-président de l'UPA. Cela confirme que, dans 60% des cas, les besoins sont inférieurs à 50.000 euros, le secteur le plus demandeur étant le BTP, voire entre 10.000 et 20.000 euros pour les entreprises artisanales du bâtiment. Les métiers du gros-œuvre et ceux du chauffage en sont les premières impactées en raison d'une panne du marché de la rénovation énergétique sans oublier les charpentiers, peintres, carreleurs, voire les professionnels du négoce. Toute la chaîne du secteur de la construction est touchée."

 

Avant de signaler : "Nous attendons désormais avec impatience leurs mesures qui devraient être dévoilées par la Médiation du Crédit d'après mes informations en juin prochain. En attendant, juin c'est loin, je rencontre alors ce mois-ci le chef de l'Etat pour qu'il puisse intervenir très vite auprès des décideurs banquiers."

 

Plus globalement, près de trois-quarts (72%) des dossiers déposés ont été acceptés pour une médiation, avec un taux de réussite de 58%, légèrement supérieur à celui enregistré en 2013 (57%), complète l'organisme. Encore une fois, ce sont les TPE qui ont le plus fait appel aux services du médiateur, complète Patrick Liébus. Ainsi, 97% des dossiers traités ont concerné des groupes de moins de 50 salariés.

"Moins de situations de blocage"

La Médiation du Crédit estime que ce "ce repli est le signe qu'il y a moins de situations de blocage. Les banques, en 2014, ont davantage distribué de crédits aux entreprises, en lien avec la politique de soutien de la BCE. En parallèle, la demande de crédit n'a pas été très dynamique, car les entreprises ont porté moins de projets d'investissement." Par ailleurs, la montée en puissance du Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) et de son préfinancement a soulagé la trésorerie de certaines entreprises en difficulté, ajoute-t-il. Les situations de 2008-2009 où il existait une "véritable risque de chute des crédits bancaires" sont éloignées estime également l'organisme.

 

Par ailleurs, la Médiation du Crédit aux entreprises estime avoir conforté 1.258 entreprises dans leur activité, pour 20.033 emplois préservés. Depuis sa création, ce sont 19.409 entreprises qui ont été sauvées pour 361.202 emplois préservés, après 45.396 saisines.

 


La Médiation du crédit en 2014
3.565 entreprises ont saisi le Médiateur du crédit
72% des dossiers déposés ont été acceptés en médiation
2.184 dossiers ont été instruits et clos
372 millions d'euros de crédit (hors écrasement de dettes) débloqués
1.258 entreprises confortées dans leur activité
20.033 emplois préservés ou confortés
Taux de médiation réussie : 58%
(Source : Médiation du Crédit aux entreprises, chiffres arrêtés au 31 décembre 2014)

actionclactionfp