SUPERSTITION. D'un geste maladroit, le président de la société autoroutière Autostrade per l'Italia, Giovanni Castelucci, a renversé la maquette du futur pont de Gênes, dont le dessin est offert par Renzo Piano. L'architecte, qui n'a pas voulu y voir de signe du sort, a réagi avec bonhomie.

C'est un moment gênant. Et Génois. La maquette du futur pont devant remplacer le viaduc Morandi, qui s'est effondré le 14 août 2018 faisant 43 victimes dont 4 françaises, s'est… à son tour effondrée, le jour même de sa présentation à la presse. Ce vendredi 7 septembre, c'est Giovanni Castelucci qui a dû être le plus consterné de sa maladresse, puisque c'est d'un geste de la main que le président de la société concessionnaire Autostrade per l'Italia a renversé le modèle réduit, sans doute assemblé à la hâte. Résultat : le tablier s'est écrasé au pied des pylônes, reproduisant des images que les Italiens souhaiteraient désormais oublier. Le principal intéressé, Renzo Piano, y a vu un clin d'œil de la providence : "Ca porte chance", a-t-il simplement déclaré.

 

 

Rappelons que le design du pont a été gracieusement proposé par l'architecte, originaire de la capitale ligure, et que c'est la société Autostrade qui réglera la facture de la reconstruction de l'ouvrage. Le chantier sera, en principe, mené par une entité publique avec pour objectif de le rouvrir à la circulation dès novembre 2019. Le ministre italien des Infrastructures, Danilo Toninelli, déclarait, au début du mois de septembre : "A partir de maintenant, tous les concessionnaires, publics ou privés, seront dans l'obligation de réinvestir une grande partie de leurs bénéfices dans la modernisation des infrastructures (…) et devront comprendre que l'infrastructure n'est pas une rente mais un bien public du pays". Le coût du chantier n'a pas encore été évoqué mais une chose est sûre : Giovanni Castelucci a souhaité donner un coup de main.

 

actionclactionfp