CONJONCTURE. De mars à mai 2019, les autorisations de logements ont rebondi de 3,8% par rapport au trimestre précédent. Mais il s'agit du seul souffle dont bénéficie le secteur de la construction, les mises en chantiers ayant continué de baisser, de 5,6%. Sur un an, 443.000 logements ont été autorisés, et les mises en chantiers se sont élevées à 411.400 unités.

C'est une accalmie, mais toute relative et partielle. Sur la période de mars à mai 2019, les autorisations de logements ont progressé de 3,8% par rapport aux 3 mois précédents, quand elles avaient reculé de 5,3%. Une augmentation soutenue aussi bien par les logements collectifs ou en résidence, qui enregistrent une progression de 4,7% après un repli de 6,8% au trimestre précédent, que par les individuels, qui bénéficient d'une hausse de 2,5% après un recul de 3,1%. Mais si les chiffres de la construction publiés par les ministères de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires évitent un peu le coup de chaud, d'autres indicateurs demeurent dans le rouge. Durant la même période, les mises en chantiers ont vu leur baisse s'amplifier, de l'ordre de -5,6% après -2,1% au cours du trimestre précédent. Les logements individuels arrivent à résister (-2,8% après une stagnation) un peu plus que les collectifs et les habitations en résidences (-7,5% après -3,5%).

 

A l'échelle d'une année, soit de juin 2018 à mai 2019, 443.300 logements ont été autorisés, soit une diminution de 41.700 habitations (-8,6%) par rapport aux 12 mois précédents. Sur la même période, les logements individuels ont vu leurs autorisations décroître de 5,4%, soit 10.100 unités de moins. Un recul encore plus marqué dans l'individuel pur, avec -6,7%, que dans l'individuel groupé, avec -1,5%. Des chiffres tout aussi négatifs pour les autorisations de logements collectifs ou en résidences, avec une chute de 10,7% au global (soit 31.600 logements). Dans le détail, les collectifs ordinaires encaissent une chute de 12%, alors que les logements en résidences limitent la casse en ne se rétractant que de 0,8%. Au niveau des mises en chantiers, la sentence est identique : avec 411.400 unités lancées de juin 2018 à mai 2019, celles-ci ont cédé 4,5%, ce qui représente 19.500 logements de moins. Idem pour les habitations collectives ou en résidences, qui baissent de 3%, soit 7.800 unités : la contraction est davantage marquée pour les logements en résidence (-12,1%) que pour les logements collectifs ordinaires (-1,7%).

 

La Corse, la Nouvelle-Aquitaine et l'Outre-Mer résistent

 

Les données annuelles par régions arrêtées à fin mai 2019 sont également négatives, à l'exception de la collectivité de Corse, qui enregistre une hausse de 15,3% de logements autorisés (6.400 unités) et une progression de 20,4% de logements commencés (4.700 unités). L'autre fait notable concerne la Nouvelle-Aquitaine, où les habitations autorisées ont timidement augmenté de 2,8% pour atteindre les 45.600 unités, malgré un léger recul de 0,4% pour les mises en chantiers, atteignant les 39.800 unités. Les départements et régions ultra-marines (excepté Mayotte) affichent également une bonne santé dans le secteur de la construction, avec une hausse de 7,3% des logements autorisés, soit un total de 15.100 habitations. En revanche, elles accusent une baisse de 0,8% pour les logements commencés, ce qui représente un total de 12.700 unités mises en chantiers.

 

A l'inverse, d'autres statistiques ont plongé sur le cumul des 12 derniers mois : par exemple, la région Grand Est a vu ses autorisations de logements fondre de 14,5% (26.900 unités) et ses mises en chantiers baisser de 2,8% (25.900 unités). En Normandie, les habitations autorisées reculent de 9,2% (16.400 unités) tandis que les logements commencés chutent de 13,1% (14.800 unités). La région Provence-Alpes-Côte-d'Azur voit elle aussi ses chiffres plombés par une dégringolade de 17,5% des logements autorisés (34.700 unités) et de 8,2% des logements commencés (35.000 unités). Enfin, l'Ile-de-France encaisse un fléchissement de 9,2% pour ses autorisations de logements, soit un total de 89.000 habitations, et un recul de 0,9% pour ses mises en chantiers, ce qui représente un total de 84.300 unités.

 

Des délais moyens d'ouvertures de chantiers légèrement inférieurs à leurs moyennes de longue période

 

Enfin, les données du Gouvernement prévoient que le taux d'annulation des logements individuels autorisés sur les 3 derniers mois (soit de mars à mai 2019) devrait s'élever à 11,5%, un chiffre très légèrement inférieur à sa moyenne de longue période, qui était de 12% entre mai 2010 et mai 2019. A noter que, pour les logements collectifs ou en résidences, 16,6% des autorisations obtenues ces 3 derniers mois ne seraient jamais mises en chantiers ; un taux au-dessus de sa moyenne de longue période, de l'ordre de 15,2%.

 

Quant au délai moyen d'ouvertures de chantiers pour les logements individuels autorisés lors du dernier trimestre, les ministères tablent sur 5,1 mois, ce qui serait légèrement inférieur au délai moyen de longue période, de l'ordre de 5,4 mois de mai 2010 à mai 2019. Dans le collectif, ce délai moyen avant la mise en chantier s'élèverait à 10,6 mois pour les habitations ayant reçu une autorisation lors des 3 derniers mois, un chiffre en-dessous de sa moyenne de longue période (11,6 mois).

actionclactionfp