CONSTRUCTION. Le ministère de la Transition écologique vient de dévoiler les chiffres de la construction de logements et de locaux à fin avril 2021. Si le nombre de permis de construire de logements a nettement baissé, les mises en chantier ont, elles, bondi, notamment après le confinement du printemps dernier.

Ce n'est pas vraiment une surprise. Le nombre de permis de construire des logements a reculé de 1,5% entre février et avril 2021, comparé aux trois mois précédents, selon les derniers chiffres du gouvernement. Le nombre de logements autorisés durant cette période a baissé de 3,8%, sur la moyenne des douze mois précédant le premier confinement au printemps 2020. Si l'on regarde les courbes plus en détails, la Bretagne est la région qui a connu le plus fort taux de logements autorisés (+6,3%). A contrario, l'Auvergne-Rhône-Alpes a observé une chute drastique (-13,7%). Ce sont les maisons individuelles qui ont enregistré le plus de permis de construire (+6,4%). Les logements collectifs, eux, souffrent le plus (-7,6%).

 

En ce qui concerne les logements commencés, la hausse est forte avec +7,6% par rapport aux trois mois précédents. Les mises en chantier ont augmenté de 5,7% au cours des douze derniers mois. La Corse est la seule à avoir connu une forte baisse (-20,1%). La Bourgogne-Franche-Comté, à l'opposé de ces chiffres, a vu ses mises en chantier bondir de 28,3%. Ce sont les logements collectifs qui enregistrent une vraie progression (+11,8%), comparé aux maisons individuelles (+2%).

 

La crise sanitaire fautive ?

 

Au total, ce ne sont pas moins de 405.700 logements qui ont été autorisés à la construction, soit 28.000 de moins entre mai 2020 et avril 2021 (-6,5%). Au même moment, 387.500 logements ont été mis en chantier, ce qui représente 25.300 habitations de plus (+7%) que pendant les douze mois précédents.

 

Pour le ministère de la Transition écologique, la crise sanitaire, qui a frappé la France au début de l'année 2020 et entraîné un confinement sévère, suspendant les activités de chantier, explique en grande partie ces chiffres.

 

Quid du secteur tertiaire ?

 

Du côté des locaux, le gouvernement fait état d'une nette progression d'enregistrements d'autorisations à la construction entre février et avril 2021 (+21,1%), par rapport à la même période l'année précédente. Tout comme les logements, ces bons chiffres peuvent s'expliquer par le confinement du printemps qui avait "entraîné un fort recul des autorisations", explique le ministère. Comparés aux chiffres de l'année 2019, les enregistrements d'autorisations de cette année sont, en fait, en net retrait (-18,5 %).

 

"Toujours de février à avril 2021, 6,0 millions de m² de mises en chantier de locaux non résidentiels ont été enregistrés, en forte hausse (+24,7%) par rapport à la même période de l'année 2020", ajoute le ministère.

 

De mai 2020 à avril 2021, les locaux non résidentiels autorisés à la construction sont en baisse (-8,5%) par rapport aux douze mois précédents. Durant cette même période, les enregistrements de mises en chantier sont également en recul (-8,6%).

actionclactionfp