MUNICIPALES. Le président du Conseil de l'Ordre des architectes publie, à quelques jours du premier tour des élections municipales, une "lettre ouverte aux futurs maires", dans laquelle il fixe quatre axes permettant, selon lui, la transition écologique, "principale préoccupation de nos concitoyens".

Denis Dessus, a publié, le 10 mars, une "lettre ouverte aux futurs maires", les appelant à "impulser un changement de modèle pour intégrer la transition" et à "partager, à l'occasion de ce temps de débat et de choix que sont les élections municipales, cette vision commune avec l'ensemble des acteurs du cadre bâti et les habitants". "Tous, professionnels, élus, habitants, [avons] un objectif commun, celui de réparer la ville pour la rendre plus sobre, plus résiliente, plus douce et inclusive", affirme le président du Conseil national de l'Ordre des architectes (Cnoa).

 

"La transition écologique, dans ses composantes sociale, économique, culturelle et environnementale, est devenue l'une des préoccupations principales de nos concitoyens", indique le représentant des architectes français, "et nul doute que vous aurez à cœur d'engager votre commune dans le mouvement général de réduction de nos émissions de gaz à effet de serre, d'adaptation au dérèglement climatique, de protection de la biodiversité et de valorisation des ressources locales".

 

 

Convaincu qu'"il n'existe pas de recettes universelles à imposer sur l'ensemble du territoire", il exhorte les futurs maires à "prendre une stratégie globale [dans] chaque ville ou village", stratégie qui "doit être adaptée au contexte local et s'inspirer des bonnes pratiques existantes". Quatre axes sont, selon Denis Dessus, fondamentaux pour l'action des élus du 21 mars prochain.

 

Fin de l'étalement urbain

 

Le premier axe consiste ni plus ni moins qu'à "changer les logiques d'aménagement du territoire". Pour cela, le Cnoa invite les municipalités à "mettre fin à l'étalement urbain, maîtriser le foncier pour construire la ville sur la ville, revitaliser les centres par une offre de logements ou de services de qualité, reconvertir les friches urbaines, favoriser la mixité des fonctions pour réduire les transports, en articulant urbain et nature, tout en préservant les terres agricoles et naturelles qui entretiennent la biodiversité".

 

Il s'agira ensuite d'"économiser nos ressources, en amplifiant la rénovation énergétique des logements existants et des équipements publics, en valorisant le patrimoine remarquable comme vernaculaire et en le réconciliant avec la création, en privilégiant les matériaux biosourcés, et en prévoyant aussi la réversibilité des bâtiments dès le programme".

 

Matériaux de construction

 

Denis Dessus demande ensuite aux futurs élus d'agir pour "modifier nos habitudes de consommation, en favorisant une économie circulaire territoriale". Celle-ci devra "introduire une politique d'achats exemplaire, en particulier par le recours à des entreprises locales de conception, de production et de transformation, mais aussi en instituant systématiquement le tri, le réemploi et le recyclage des matériaux issus de la construction et de la rénovation".

 

Quatrième axe : rendre les citoyens "acteurs de leur ville, en encourageant la participation active des habitants à la définition d'objectifs territoriaux et en s'appuyant sur leurs expertises, leurs usages et leurs attentes, pour faire émerger le bien commun et créer des villes vivantes".

 

actionclactionfp