DISPARITION. Le co-créateur du centre Pompidou Paris est décédé à l'âge de 88 ans. Il laisse derrière lui de nombreux ouvrages emblématiques, tel que le bâtiment de la Cour européenne des droits de l'Homme à Strasbourg.

Pour beaucoup, Richard Rogers était un visionnaire. Le célèbre architecte et urbaniste britannique est "décédé paisiblement" le 18 décembre 2021, a annoncé Matthew Freud, président et fondateur de l'agence de communication Freuds, à l'agence de presse britannique PA. Une information confirmée par le fils de l'architecte, Roo Rogers, auprès du New York Times. Le lauréat du prix Pritzker en 2007 est connu pour ses créations d'ouvrages en verre et en acier, caractérisés par des tuyauteries apparentes, à l'image du centre Pompidou.

 

"Avec la disparition de Richard Rogers, le monde perd l'un de ses plus grands architectes et le centre est orphelin de celui qui, avec son complice et ami Renzo Piano, a donné vie à l'utopie du Centre Pompidou", a déclaré dans un communiqué Laurent Le Bon, président du centre Pompidou, qui lui avait consacré une rétrospective en 2007. "C'est grâce à leur génie créateur que le centre Pompidou garde sa vitalité exubérante depuis bientôt 45 ans. Ils disaient volontiers qu'ils n'avaient pas créé un monument mais une fête, un grand jouet urbain."

 

 

De grands projets à l'international

 

Né à Florence (Italie) en 1933, il fuit avec sa famille le régime de Mussolini en s'installant à Londres. Il fait ses premières armes en travaillant dans les années 1950 pour son oncle, l'architecte Ernesto Nathan Rogers, de l'agence BBPR. Bien qu'il échoue au concours d'entrée de l'Architectural Association School of Architecture de Londres, il finit par réussir à intégrer l'école grâce à son expérience professionnelle dans l'agence familiale.

 

Il crée avec Norman et Wendy Foster en 1963 l'agence Team 4. Quatorze ans plus tard, il fonde l'agence Rogers Stirk Harbour + Partners avec Renzo Piano. Richard Rogers a signé le magasin d'usine Usine Center, à Saint-Herblain, près de Nantes, mais aussi le siège de la compagnie d'assurances des Lloyd's à Londres. Ses projets se tournaient vers l'international et étaient parfois amèrement critiqués pour leur modernisme. L'extension de la National Gallery, à Londres, dans les années 1980, a notamment fait vivement réagir le prince Charles, qui traite le sujet de "verrue de Trafalgar Square". Il obtient en 1985 la médaille d'or du Royal Institute of British Architects et, en 2006, le Lion d'or de la Biennale de Venise pour l'ensemble de son œuvre.

 

Richard Rogers considérait, selon le centre Pompidou, que "l'architecture avait un effet sur les individus, qu'elle pouvait améliorer l'existence mais aussi la brutaliser (...)". Parmi ses grandes créations, parfois spectaculaires, figurent le bâtiment de la Cour européenne des droits de l'Homme à Strasbourg, le "Three World Trade Center" à New York, le palais de justice de Bordeaux et un terminal de l'aéroport international de Barajas à Madrid, en 2005. Devenu baron Rogers of Riverside, il siège dès 1996 à la chambre haute du Parlement britannique, sur les bancs du parti travailliste.

actionclactionfp