Le secrétaire d'Etat chargé des Transports a annoncé jeudi 11 décembre, à Amiens (Picardie) qu'une société de projet, sur le modèle de celle du Grand Paris, allait être créée concernant le canal Seine-Nord Europe. Elle fera l'objet d'un vote au Parlement en 2015. L'objectif "reste un lancement des travaux en 2017 en vue d'une mise en service en 2023", a précisé Alain Vidalies.

Au cours d'une réunion à Amiens (Picardie) sur le projet du canal Seine-Nord Europe en présence des collectivités territoriales concernées, Alain Vidalies, secrétaire d'Etat chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche, a annoncé qu'une société de projet, sur le modèle de celle du Grand Paris, allait être créée. La France va donc solliciter de Bruxelles une subvention de 40 % pour financer ce projet pharaonique estimé à 4,5 milliards d'euros. "Le dossier va être déposé fin février prochain", a également annoncé le secrétaire d'Etat.

 

D'ici là, "nous allons finaliser un protocole d'intention de financement indispensable pour la recevabilité du dossier", a poursuivi Alain Vidalies. D'après lui, l'objectif "reste un lancement des travaux en 2017 en vue d'une mise en service en 2023."

"Une étape importante pour la crédibilité du projet", Rémi Pauvros

"Il s'agit d'une étape importante pour la crédibilité du projet", a commenté le député (PS) de Maubeuge Rémi Pauvros, qui avait été chargé de reconfigurer le projet pour en diminuer le coût.
Enfin, "il convient de rappeler que ce projet s'intègre dans un périmètre plus global de réseau fluvial nécessitant des travaux pour permettre le plein effet du canal à son ouverture", souligne le ministère des Transports dans un communiqué. Ces opérations d'accompagnement sur les bassins de la Seine, de l'Oise et du Nord-Pas de Calais seront intégrées dans le dossier de demande de subvention européenne et revêtent d'ores et déjà un caractère prioritaire dans le cadre des négociations en cours sur les contrats de plan Etat-Région 2015-2020.

 

Cette réunion dédiée ce jeudi uniquement au projet du canal Seine-Nord Europe fait suite à la déclaration du Premier ministre à Arras le 26 septembre dernier, confirmant l'engagement du Gouvernement sur ce projet d'envergure qui s'inscrit dans la politique de relance souhaitée par le Président de la République.

 

L'enjeu est de taille. Ce chantier de voie d'eau de 106 kilomètres entre Compiègne dans l'Oise et Marquion, près de Cambrai dans le Nord devrait créer entre 10.000 et 13.000 emplois pour sa construction et à terme 45.000 emplois durables.

 


actionclactionfp