RESTRUCTURATION. Le cimentier LafargeHolcim annonce aujourd'hui la fermeture de ses bureaux de Paris et de Zurich, ce qui débouchera sur la suppression de 200 emplois. C'est dans le cadre d'une simplification de sa structure que le géant industriel a pris cette décision, qui concerne les postes liés aux fonctions centrales.

LafargeHolcim, groupe franco-suisse spécialisé dans les matériaux de construction, a entrepris une réorganisation de sa structure et de ses fonctions centrales (c'est-à-dire les équipes de direction, les services financiers et juridiques…). L'industriel va ainsi fermer ses bureaux de Paris et de Zurich, entraînant la suppression de 200 emplois. Dans le détail, ce sont 97 salariés qui seront licenciés dans la capitale française, et 107 dans la ville suisse, mais aucun autre site de l'Hexagone ne sera impacté. Les postes parisiens épargnés seront transférés à Clamart (Hauts-de-Seine), tandis que les emplois sauvegardés en Suisse seront répartis entre les sites de Holderbank et de Zoug.

 

Des mesures similaires ont déjà été instaurées pour les fonctions centrales des bureaux de Singapour et de Miami. D'après des informations de Reuters, cette étape de restructuration fait partie intégrante du plan stratégique 2022 adopté par le groupe en mars dernier, et dont la finalité est de renforcer sa compétitivité. Le géant franco-suisse du ciment assure par ailleurs être "en bonne voie pour atteindre son objectif annoncé de réduction des frais généraux" de l'ordre de 345 millions d'euros "d'ici le premier trimestre 2019". Pour rappel, LafargeHolcim totalise 80.000 collaborateurs répartis dans 80 pays, dont plus de 4.500 en France.

actionclactionfp