Dans un courrier adressé ces jours-ci à la ministre du Logement, l'Union sociale pour l'habitat (USH) a fait part de son inquiétude face aux signes de "fléchissement" de la production de logements sociaux constatés ces dernières semaines. Pourtant, l'exercice 2013 a été jugé par le mouvement HLM "satisfaisant" avec la construction 117.065 unités, soit une augmentation de +14%.

Alors que la ministre du Logement a lancé, la semaine dernière, un appel à projets avec la ferme intention de proposer pour 2014 près de 2.000 logements accessibles aux personnes les plus fragiles, l'Union sociale pour l'Habitat (USH) alerte le Gouvernement sur la nécessité à lever au plus vite les freins à la production de logements sociaux.

 

En effet, dans un courrier, en date du 4 juin adressé à la ministre du Logement, Jean-Louis Dumont, président de l'USH, a fait part de son "inquiétude" face aux signes de ralentissement de la production de logements sociaux constatés ces dernières semaines.

 

"Cette situation fait suite à une hausse de la production de logements sociaux de 14 % en 2013 (Ndlr : 117.065 unités), explique-t-il dans la lettre. Une croissance qui avait été permise grâce à l'engagement des organismes Hlm, la mise en place d'une TVA à 5,5 % sur la construction et la rénovation thermique et par le soutien de la Caisse des dépôts à la production financé sur les résultats positifs des fonds d'épargne."

 

Vers une perte annuelle de 5.000 logements en Ile-de-France ?
Cette situation de la réduction de la production de logements sociaux s'observe particulièrement en région Ile-de-France depuis quelques semaines. "L'enjeu porte sur l'agrément ou la mise en chantier de près de 10.000 logements, ce qui représente un risque de perte annuelle de près de 5.000 logements, a signalé, également Stéphane Dambrine, président de l'Union sociale pour l'Habitat en Ile-de-France (AORIF).Dans le contexte de crise du logement, une levée rapide de ces incertitudes s'impose."

 

D'après la Fédération du mouvement HLM, deux causes conjoncturelles expliquent le "fléchissement" constaté sur les premiers mois de 2014 : tout d'abord le retard de mise en chantier des opérations programmées en Vente en état futur d'achèvement (Véfa), dont les parts d'accession à la propriété ne trouvent pas preneurs et bloquent l'ensemble des programmes. La seconde cause reste d'après l'USH, "le réexamen, voire la remise en cause, par les nouvelles équipes municipales, des opérations programmées."

 

Dans ce contexte particulièrement fragile, l'USH appelle la ministre du Logement à "mener à terme les travaux engagés pour mobiliser le foncier et réduire les coûts de production, mais également exiger la mobilisation locale."

 

La mise en place d'un comité de suivi de la production est souhaitée
Avant d'ajouter : "Je propose à Sylvia Pinel, la mise en place d'un comité de suivi de la production, renforcé par un dispositif opérationnel chargé d'identifier les freins à la production et de les traiter, en tenant compte des réalités locales. Je sais cette volonté partagée."

 

Consciente du retard pris par certains programmes, la ministre du Logement doit intervenir, ce jeudi 12 juin, à Dijon, lors de la clôture de l'Assemblée générale de la Fédération des offices publics de l'habitat (OPH).

 

actionclactionfp