LOCATION. Objectif rempli pour le n°2 de la location en France : Kiloutou a franchi la barre des 600 millions d'euros de chiffre d'affaires. L'année 2017 a été une année de succès pour l'entreprise qui espère poursuivre sur cette lancée en 2018 et au-delà. Détails avec Xavier du Boÿs, le président, et Olivier Colleau, le directeur général.

L'année 2017 a été riche en évolutions pour le loueur de matériels de BTP qui a discrètement changé d'actionnaire principal. PAI Partners a en effet cédé le groupe pour 1,5 Mrd € au fonds français HLD. Sur cette transition, le président de Kiloutou déclare : "Ce nouvel actionnaire, c'était prévu, c'est un non-événement. L'opération est menée par des profils un peu plus industriels que PAI, qui souhaitent créer de la valeur pour les actionnaires, pour l'entreprise, pour les collaborateurs et pour les clients". Xavier du Boÿs en a profité pour signaler que l'entreprise avait procédé à une petite évolution managériale en confiant tous les aspects opérationnels au directeur général, Olivier Colleau. "J'aurai un rôle moins exécutif, je reste président et je me concentrerai sur la définition de la stratégie ou les relations avec le conseil", précise-t-il.

 

Doublement des chiffres à l'international et en spécialités

 

C'est donc le directeur général qui a présenté les chiffres de 2017, "une année de succès avec des investissements matériels records, une très forte croissance du chiffre d'affaires sur l'ensemble des segments et la poursuite du développement autant interne qu'externe". En détails, le chiffre d'affaires a donc dépassé l'objectif fixé l'an passé, avec 606 M€ (+14 %). Une augmentation très homogène sur les différentes clientèles, qu'il s'agisse d'entreprises du bâtiment qui représentent un quart du CA (+12 %) ou des travaux publics (+14 %). Le secteur industriel (+9 %), les artisans (+8 %) et les activités hors BTP (+8 %) complètent cette répartition. Seul le segment des particuliers est en recul (-10 %) : il ne représente désormais plus que 5 % du CA global. La raison : "Notre positionnement résolument professionnel", soutient Olivier Colleau. Le groupe s'est bien développé à l'international, avec un volume d'activité qui a doublé entre 2016 et 2017, atteignant désormais 72 M€. L'acquisition de l'Italien Cofiloc, au mois de juillet 2017. Les effectifs de Kiloutou à l'étranger se montent désormais à 535 collaborateurs répartis en 61 agences dans quatre pays européens (Pologne, Espagne, Allemagne et Italie). Du côté des enseignes de spécialités (Kiloutou Energie, Kiloutou Module), le chiffre d'affaires a également doublé, s'élevant à 28 M€. Olivier Colleau analyse : "La croissance a été à la fois interne et externe là aussi". Le groupe montre donc une ébauche de diversification de ses activités et de ses profils de clients, que ce soit en France ou à l'international.

 

Du côté des investissements, pas moins de 110 M€ ont permis d'acquérir 2.500 machines, avec un focus sur les matériels électriques ou à batteries, et sur l'ergonomie. "Les chantiers urbains portent cette tendance et les clients ont également des attentes en termes de lutte contre les TMS", note le directeur général. Grâce à ces investissements, le parc d'engins a rajeuni, pour un âge moyen de 5 ans (-3,8 %). Pour le loueur, l'année écoulée a également été l'occasion de mettre en place divers projets liés à la sécurité, à l'efficacité et à la qualité. Pour ses équipes, une direction dédiée à la prévention a été mise en place, avec un directeur venant de Vinci Autoroutes arrivé à la mi-2017, entouré de sept coordinateurs. Ils déploient des méthodes dans les agences afin de sécuriser les circulations des engins notamment. Du côté de l'efficacité, Kiloutou s'oriente vers la maintenance préventive : "Nous avons un parc de 250.000 machines et nous effectuons environ 1,5 million de contrôles par an", note Olivier Colleau. D'où l'intérêt d'anticiper ces opérations en les concentrant sur des périodes de plus basse activité (début d'année) et en déployant de nouvelles méthodes de check up des engins. Le loueur parle d'un véritable bilan de santé avec analyse des fluides (hydrauliques), mesure des jeux sur les bras mécaniques ou mesure des décharges de batterie des nacelles. Enfin, côté service aux clients, l'entreprise propose désormais une offre d'assurance casse et vol, adossée à Axa, afin de se prémunir des risques quotidiens sur les chantiers de façon spécifique.

 

Kiloutou monte à l'offensive

 

Pour 2018, la stratégie de Kiloutou sera donc sensiblement dans la continuité de 2017, même si le groupe affiche des ambitions sans cesse accrues. "Le climat est fantastique, en France et ailleurs. Nous allons investir 184 M€ pour commander 4.000 gros matériels, de toutes les gammes, élévation et terrassement en tête", dévoile le directeur général. La moitié de ce montant record servira à renouveler le parc tandis que l'autre moitié sera dédié à de la croissance pure. Le loueur va en particulier acquérir des chariots télescopiques rotatifs, des pelles munies de kits de démolition et des matériels électriques ainsi que des outillages électroportatifs. Concernant son déploiement en France, l'enseigne annonce que sept agences seront ouvertes et que quinze autres bénéficieront de locaux plus grands en déménageant ou en procédant à des extensions. "Kiloutou Energie va monter en puissance à Paris et à Lille, tandis que Kiloutou Module poursuivra ses investissements. Quant à Loca Réception, il gardera son identité de marque", précise Olivier Colleau. Il est anticipé, grâce aux différentes acquisitions réalisées en cours d'année 2017 - et toutes celles à venir en 2018 - que le chiffre d'affaires global dépasse les 660 M€. Sur sa politique de prix, le loueur précise qu'il continuera à les revoir à la hausse, "pour revenir à des niveaux d'avant-crise, plus décents pour notre activité". En cohérence donc avec la croissance retrouvée.

 

La transition numérique, moteur de l'innovation chez Kiloutou :
Vincent Royer, le directeur de la Transition numérique a présenté deux nouveautés que le loueur allait déployer en 2018. Tout d'abord, la mise à disposition gratuite de modèles 3D BIM Ready de toute la gamme de matériels d'élévation-manutention. "En tout 47 machines différentes, co-développées avec des BIM managers de clients et deux entreprises spécialisées, libre en téléchargement sur la plateforme BIM&Co aux formats IFC et Revit", annonce-t-il. Des objets paramétrables qui serviront dans la maquette numérique à bien choisir ses solutions de levage en fonction de courbes et d'abaques de charge faciles à visualiser. "A priori, il s'agit d'une première mondiale de la part d'un loueur. Manitou a bien développé des modèles 3D de ses machines mais ils sont lourds et n'ont pas vocation à être utilisés dans le BIM. Ils servent plutôt à des démonstrations ou des éclatés techniques, ce qui n'a pas d'intérêt pour les architectes", nous confie Vincent Royer.
Autre percée, encore plus spectaculaire : l'arrivée de la réalité augmentée sur les chantiers. "Nous nous adressons aux directeurs de travaux et aux BIM managers, avec un couplage BIM-réalité augmentée qui sera prête au 2e semestre de l'année". La technologie, encore expérimentale, permettra de visualiser, en temps réel, l'encombrement et les capacités d'une machine de levage sur site. De quoi choisir plus facilement tel ou tel modèle d'engin et être certain de pouvoir installer un groupe climatiseur sur un toit par exemple.

actionclactionfp