CARNET. L'Association française des industries des produits de construction (AIMCC) a élu le 16 avril dernier son nouveau président en la personne de Philippe Gruat. Ce dernier était déjà vice-président de l'organisation depuis 2018.

Ce 16 avril 2021, l'Association française des industries des produits de construction a élu son nouveau président en la personne de Philippe Gruat. Ce dernier, qui était déjà vice-président de l'organisation depuis 2018, prend ainsi la succession d'Hervé de Maistre, élu pour sa part en 2015, et qu'il remercie pour ses six années de présidence. Philippe Gruat est assurément un très fin connaisseur du secteur de par ses différentes fonctions passées et actuelles : il a dirigé la Fédération de l'industrie du béton (FIB) entre 2015 et 2019 ainsi que le Centre d'études et de recherche de l'industrie du béton (Cérib) de 2015 à 2020, et est depuis 2019 président de la Filière Béton. Il est par ailleurs à la tête d'Agyre, la plateforme en faveur de l'économie circulaire dans le secteur du BTP, depuis 2020, et dirige l'École supérieure d'ingénieurs des travaux de la construction de Caen (ESITC-Caen) depuis 2013. Enfin, il est membre du comité exécutif du Comité stratégique de la filière "Industries pour la construction" (CSF IPC).

 

Transition écologique et numérique, innovation, attractivité des métiers : un programme chargé

 

Ayant passé l'essentiel de sa carrière professionnelle dans des groupes industriels spécialisés dans les matériaux et produits de construction, où il a occupé des fonctions en lien avec le marketing et la direction générale, Philippe Gruat compte maintenir l'ambition de l'AIMCC dans un contexte évidemment marqué par la Réglementation environnementale 2020. Membre du comité stratégique de l'organisation dès le début des années 2000 avant d'en devenir administrateur en 2015, il assure avoir pu apprécier "l'utilité et l'efficacité de la collaboration entre toutes les filières qui composent notre association". Pour lui, l'AIMCC est devenue "l'interlocuteur incontournable des pouvoirs publics et des autres organisations professionnelles de la construction". Sa feuille de route se focalisera notamment sur la transformation numérique et la transition écologique des industriels, tout en tentant de développer leurs capacités d'innovation et d'attirer "les talents de demain grâce à une forte mobilisation autour de la formation initiale et de la formation continue des salariés des entreprises industrielles".

 

Pour rappel, l'AIMCC a été fondée en 1971 et représente aujourd'hui 80 organisations professionnelles, regroupant elles-mêmes 7.000 fabricants de matériaux, composants, équipements et systèmes en rapport avec le secteur de la construction. Ses adhérents emploient 430.000 salariés et réalisent un chiffre d'affaires de 45 milliards d'euros.

 

Mais c'est aussi au sein du CSF IPC que Philippe Gruat entend jouer un rôle, en insistant sur l'importance de "cet outil à disposition des industriels" vis-à-vis des décideurs politiques : "Convaincu que la création du CSF IPC aux côtés de l'AIMCC contribue à la réalisation de projets concrets, permettant de rendre visible le dynamisme industriel de notre secteur, je m'engage à soutenir la synergie entre les deux organisations", a-t-il encore déclaré.

actionclactionfp