EN IMAGES. Le bâtiment néo-Renaissance de l'Hôtel des Postes de Luxembourg sera transformé par l'ajout d'un dôme de verre, métamorphosant sa cour en agréable atrium. Une proposition formulée par l'architecte Vincent Callebaut et qui a remporté l'adhésion du jury du concours international lancé à l'occasion de cette réhabilitation lourde.

Joindre l'utile à l'agréable, le fonctionnel à l'esthétique, le biomimétique au néo-classique. Tel pourrait être le résumé du projet de l'Hôtel des Postes de Luxembourg, imaginé par l'architecte Vincent Callebaut et retenu par le jury. Car l'idée-force de cette opération consiste à insérer, au cœur de l'ouvrage de pierre et de béton datant du tout début du 20e siècle, un joyau de verre et de photovoltaïque aux formes douces et vaporeuses. Le maître d'œuvre parle de "Solidarité énergétique" entre le patrimoine historique et le projet contemporain, le second fournissant l'énergie nécessaire au premier, pour atteindre finalement un bilan neutre.

 

Vincent Callebaut explique : "Dès les premières réflexions menées en février 2016 sur le thème de cette métamorphose de l'Hôtel des Postes sont apparues deux hypothèses, toutes deux visant à remodeler en profondeur la cour intérieure du bâtiment en l'évidant des extensions subies respectivement en 1925, 1952 et 1976". Une démarche que l'on retrouve dans plusieurs projets récents, comme à la bibliothèque de StrasbourgNicolas Michelin à évidé l'intérieur des aménagements réalisés dans les années 1950 et réhabilité la coupole, ou comme à la bibliothèque Richelieu de Paris, remaniée par Bruno Gaudin et Valérie Bregal afin de rendre une cohérence dans l'agencement des multiples planchers ajoutés au cours de son histoire. Mais l'architecte belge propose d'aller plus loin dans la démarche.

 

Découvrez les spécificités du projet Hôtel des Postes de Luxembourg dans les pages suivantes

actionclactionfp