MOBILITES. Une consultation internationale sur l'avenir des autoroutes, du boulevard périphérique et des voies rapides et structurantes du Grand Paris a été lancée le jeudi 24 mai par le Forum métropolitain du Grand Paris, un syndicat mixte regroupant l'ensemble des collectivités territoriales s'inscrivant dans ce périmètre francilien. Cette opération, coordonnée avec l'Etat, doit aboutir à des scénarios d'évolution à deux horizons, 2030 et 2050.

A l'heure des changements de pratiques dans le domaine de la mobilité, le Forum métropolitain du Grand Paris lance une consultation portant sur l'avenir des autoroutes, du boulevard périphérique ainsi que des voies rapides et structurantes de la métropole francilienne. Cette initiative part du constat qu'on assiste aujourd'hui à une "révolution des mobilités", qui engendre un "autre rapport au territoire" pour les administrés comme pour les collectivités. Avec le développement des smartphones et des applications, de nouveaux types de services sont apparus, bouleversant l'accès à l'information. De fait, l'opposition entre transports individuels et transports collectifs n'est plus vraiment de mise, à l'heure des transports dits partagés. C'est donc pour s'inscrire dans ce contexte de forte innovation technologique et de prise de conscience environnementale que la consultation du Forum métropolitain du Grand Paris a été initiée, avec pour objectif de "repenser la fonction, l'usage et la place du réseau d'autoroutes et de voies rapides ou structurantes dans la métropole de demain".

 

A terme, les collectivités visent une amélioration des mobilités quotidiennes des Franciliens, une baisse de l'impact environnemental et une meilleure intégration des infrastructures dans le tissu urbain. Des scénarios d'évolution, portant sur un périmètre allant jusqu'à la Francilienne, seront proposés par quatre équipes pluridisciplinaires internationales pour les horizons 2030 et 2050. Les résultats de ces travaux seront ensuite exposés entre mai et août 2019. Cependant, les membres du Forum métropolitain précisent déjà que le renforcement de l'offre des transports en commun ne sera pas suffisant pour répondre efficacement aux problèmes de congestion que connaît l'Ile-de-France. La concertation et la coopération restent les maîtres-mots de ce regroupement de partenaires publics, qui compte dans ses rangs l'Etat (via le ministère des Transports), la ville de Paris, la région Ile-de-France, les départements du Val-de-Marne, de la Seine-Saint-Denis et du Val-d'Oise, la métropole du Grand Paris, l'Association des maires d'Ile-de-France, ainsi que des intercommunalités et territoires divers. Mais seront aussi associés à cette démarche des citoyens, des acteurs de la société civile, des décideurs locaux ou encore des usagers des réseaux de transports.

actionclactionfp