RENOUVELABLES. Au lendemain de la prise de parole présidentielle sur le projet de loi d'accélération des énergies renouvelables, le ministère de la Transition énergétique annonce prendre deux nouvelles mesures d'ordre réglementaire pour faire passer la production de biométhane à la vitesse supérieure.


L'exécutif semble décidé à passer la seconde dans le dossier des énergies renouvelables (ENR). Au lendemain de la prise de parole d'Emmanuel Macron sur le projet de loi d'accélération des ENR, qui doit être présenté en Conseil des ministres la semaine prochaine, le ministère de la Transition énergétique a annoncé ce 23 septembre par communiqué avoir pris deux mesures réglementaires pour augmenter la capacité de production de biométhane de l'Hexagone.

 

 

La crise énergétique, dont les conséquences économiques se font déjà ressentir et qui pourrait encore s'aggraver durant l'hiver, oblige les pouvoirs publics à clarifier leur position sur l'ensemble des filières. Un en "même temps" énergétique, dans la lignée du discours de Belfort : "Tout doit être mis en œuvre pour développer massivement les ENR, piliers de notre stratégie aux côtés de la sobriété et de l'efficacité énergétique, et de la relance du nucléaire", confirme Agnès Pannier-Runacher, la ministre de la Transition énergétique.

 

Du nouveau programme nucléaire aux éoliennes en mer en passant par les centrales solaires et les gaz renouvelables, l'enjeu est donc
Il vous reste 64% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter
-30% pour tous abonnements activés avant le 15/10
Code promo : BATIMAT22
Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp