ANALYSE. Si le nombre d'installations produisant de l'électricité à partir de gaz renouvelables a légèrement augmenté sur les six premiers mois de 2022, leur puissance développée a chuté. Le biométhane est par contre beaucoup mieux loti, avec des unités de production et une puissance en progression. Mais l'avenir reste incertain.


Dans un contexte énergétique difficilement prévisible, et même un peu inquiétant - les prix du mégawatt-heure (MWh) de gaz et d'électricité ont atteint des records historiques sur les marchés européens ce week-end -, la production d'électricité à partir d'énergies renouvelables (ENR) a enregistré des scores mitigés au premier semestre 2022, comme en témoignent les statistiques du ministère de la Transition énergétique pour les filières éolienne et solaire.

 

 

La situation est tout aussi contrastée du côté de la production électrique à base de gaz renouvelables : au 30 juin 2022, la France comptait plus de 960 installations de biogaz dédiées à l'électricité, et développant une puissance de 565 MW. En six mois, la quantité de sites de production a légèrement augmenté de 2%, mais la puissance disponible a stagné dans la mesure où
Il vous reste 74% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter

Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp