ÉCONOMIE. Souhaitant apporter sa pierre au plan de relance que le Gouvernement devrait présenter en septembre prochain, GRDF a dévoilé une dizaine de propositions visant à placer le gaz au centre de la reprise économique et, bien sûr, de la transition énergétique. Méthanisation, construction/rénovation, mobilité et sécurité constituent les quatre axes de cette batterie de mesures.


Le plan de relance économique post-coronavirus doit incontestablement faire la part belle à la transition écologique, et le gaz peut l'aider en ce sens. C'est en partant de ce principe que GRDF a dévoilé ce 23 juin 2020 une dizaine de propositions réparties en quatre axes : le développement du gaz vert et donc de la biométhanisation, le recours massif à des solutions respectueuses de l'environnement pour les opérations de construction et de rénovation, le déploiement du bio-GNV (gaz naturel pour véhicules) pour les transports et l'accélération des investissements dédiés à la sécurité dans les réseaux gaziers. Tout cela avec en toile de fond la décarbonation de l'économie française, un moindre recours aux finances publiques - qui sont déjà et vont encore être très largement mises à contribution - et une meilleure politique énergétique des collectivités territoriales.

 

Miser sur la résilience du mix énergétique et les réhabilitations globales

 

Une large partie de cette batterie de mesures s'adresse aux chantiers de construction et de rénovation, avec en préambule une mise au point sur les différentes sources d'énergies et les débats qu'elles suscitent en cette période d'élaboration de la Réglementation environnementale 2020 : "Nous avons toujours dit que le chauffage électrique posait un vrai problème sur le système électrique français", a fait valoir le directeur général de GRDF, Edouard Sauvage. "L'intérêt d'un mix diversifié, c'est d'être résilient : chaque solution peut faire sens individuellement, mais l'intérêt de jouer sur plusieurs solutions pour répondre à la demande est d'être résilient - ça s'appelle la diversification. Le bon sens populaire le connaît depuis longtemps : on ne met pas tous ses oeufs dans le même panier."

 

Et le responsable d'appeler à une concertation intelligente entre les deux filières mais aussi à une meilleure information des professionnels comme des particuliers : "Face à un discours qui, ces derniers mois, a tendance à opposer le gaz et l'électricité en solutions de chauffage - certains ont opposé les pompes à chaleur (Pac) au gaz -, la bonne solution est évidemment de jouer sur les deux. Un système hybride permet d'avoir les avantages des deux solutions. L'hybridation permet d'avoir le meilleur des deux mondes, c'est pour cela que nous sommes convaincus que dans ce plan de relance, au-delà de mesures financières qui ne sont pas forcément les plus importantes, communiquer là-dessus, insister sur cette complémentarité des énergies est un élément important."
Il vous reste 54% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter
Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles Batiactu+
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp