Dans le cadre du projet de reconstruction de la flèche de la basilique de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), porté par l'association "Suivez la flèche", la ministre de la Culture, Audrey Azoulay s'est dite favorable à "favoriser ce chantier école", avec toutefois des réserves émises par la Commission nationale des monuments historiques.

Feu vert pour la reconstruction de la flèche de la basilique de Saint-Denis portée par l'association "Suivez la flèche" mais sous conditions. Après avoir rencontré les élus favorables au projet, Patrick Braouezec (FDG), président de Plaine Commune, et Laurent Russier, maire de Saint-Denis (FDG) et reçu le soutien de Valérie Pécresse (LR), la présidente de la région Ile-de-France, la ministre de la Culture, Audrey Azoulay, a donné un accord de principe le 14 février 2017. La ministre s'est donc dite favorable à "favoriser ce chantier école" tout en demandant toutefois de suivre les recommandations de la Commission nationale des monuments historiques.

 

Une réclamation de précisions sur sa faisabilité

 

Le 30 janvier 2017, cette dernière composée d'experts, s'était prononcée contre le projet flèche réclamant des précisions sur sa faisabilité. Ces conditions portent sur la capacité à prouver le caractère exceptionnel du chantier en matière d'utilité sociale, d'adhésion et de participation populaire ; d'apporter toutes les assurances, au regard des investigations complémentaires qui restent à conduire, que le massif occidental de la basilique puisse supporter sans dommage le chantier et le poids d'une tour et d'une flèche reconstruite.

 

L'opération devra être autofinancée par les recettes de visites du chantier

 

Autre recommandation importante : l'opération devra être autofinancée par les recettes de visites du chantier et par le mécénat, préservant ainsi le financement par l'Etat des travaux indispensables pour la basilique. L'Etat ne contribuera qu'aux travaux indispensables sur la basilique, a rappelé le ministère. Enfin, un comité scientifique va être nommé par la ministre de la Culture pour confirmer ou infirmer les éventuels dangers d'une grande tour nord sur la Basilique.

 

Rappelons que la démarche de reconstruction de la flèche de la nécropole, des rois de France de Dagobert à Louis XVIII, prototype des cathédrales et modèle de Notre-Dame de Paris, est prônée par l'association "Suivez la flèche". Cette dernière s'était, émue de la disparition du clocher de la basilique royale de Saint-Denis. La flèche qui s'élevait à 86 mètres au-dessus de la ville depuis 1219, avait été fragilisée par une tempête et démontée, pierre par pierre, en 1845. "Chaque élément est inventorié, les plans détaillés sont conservés à la médiathèque de l'architecture et du patrimoine, rappelle l'association. Son remontage serait un chantier unique, dans la lignée des bâtisseurs de cathédrales."

 

Ce projet de reconstruction de la nécropole dyonisienne serait bénéfique pour le département de la Seine-Saint-Denis : le nombre de visiteurs annuel pourrait passer de 160.000 à… 1 million estiment les poteurs du projet. En comparaison, Notre-Dame-de-Paris accueille chaque année près de 12 millions de visiteurs.

actionclactionfp