NEUTRALITÉ CARBONE. Une dizaine d'organisations représentatives de la filière électrique dévoilent dans un communiqué commun les conditions indispensables, à leurs yeux, à la réussite de la transition énergétique. Sans surprise, beaucoup est attendu de la part des pouvoirs publics.


Pour que la France respecte ses engagements climatiques et atteigne la neutralité carbone à horizon 2050, les professionnels de l'électricité estiment avoir besoin du soutien de "politiques publiques ambitieuses". Dans un communiqué commun, une dizaine d'organisations du secteur, qui représentent 8.500 entreprises employant 600.000 personnes, appellent à une plus grande visibilité pour "sécuriser" les investissements nécessaires.

 

 

La Fédération des distributeurs de matériel électrique et de génie climatique (FDME), la Fédération des négociants en appareils sanitaires, chauffage-climatisation et canalisations (Fnas), la Fédération française des intégrateurs électriciens (FFIE), la Fédération des industries électriques, électroniques et de communication (Fieec), le Groupement des entreprises de la filière électronumérique (Gimélec), l'Alliance des industriels de solutions électriques et numériques pour le bâtiment (Ignes), le Syndicat des entreprises de la transition énergétique et numérique (Serce), le Syndicat des industriels des fils et câbles électriques et de communication (Sycabel), le Syndicat de l'éclairage, l'organisation Think Smartgrids et l'Union française de l'électricité (UFE) signent ce texte qui rappelle que la part de l'électricité dans la consommation finale d'énergie de l'Hexagone devra bondir de 25% aujourd'hui à 55% en 2050.
Il vous reste 60% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter

Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp