TELECOMMUNICATIONS. Craignant un effondrement des déploiements il y a encore quelques mois, les acteurs de la fibre optique semblent avoir réussi à maintenir un cap soutenu malgré la crise sanitaire.


Pendant le confinement, le télétravail, la télémédecine, l'éducation connectée dont les développements étaient des objectifs à plus ou moins long terme dans notre société sont devenus réalité "en quelques jours seulement", comme l'a fait remarquer Alain Weill, patron du groupe SFR, à la tribune de l'Université du très haut débit (THD), aux Sables d'Olonnes, le 20 octobre 2020. La nécessité d'avoir une bonne connexion Internet fixe est devenue plus importante encore qu'avant pour pouvoir cumuler tous ces usages. Et à renforcer les attentes et les demandes des citoyens envers les télécommunications.

 

Les opérateurs d'infrastructures ont ainsi tous fait le même constat : post-confinement, les demandes de raccordement en fibre optique n'ont pas seulement augmenté, selon Lionel Recorbet, président de SFR FTTH : "la commercialisation a explosé, sans que l'on sache si l'effet sera temporaire ou plus durable". Axione a par exemple doublé le nombre de raccordement depuis le début de l'année, pour passer de 20.000 à 35.000 voire 40.000 par mois actuellement.

 

Des commercialisations plus rapides que les déploiements


Il vous reste 75% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter
Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp