DIGITALISATION. Les données issues des bâtiments sont de plus en plus nombreuses, qu'il s'agisse de la maquette numérique, des performance enregistrées ou encore du bien-être des occupants. Afin d'exploiter au mieux ces datas, Vinci Facilities a développé un "hyperviseur", sorte d'outil les regroupant.

"Le facility management entre dans une nouvelle ère", est fier d'annoncer Philippe Conus, directeur de la marque VINCI Facilities, ce 27 mars 2018. Depuis plusieurs années, la filiale de Vinci Energies spécialisée dans l'exploitation des bâtiments, travaille sur "la mutation digitale de son métier au service des bâtiments intelligents de demain et de leurs occupants". "La vision du facility management de Vinci est d'accompagner nos clients dans le bon usage de leurs mètres carrés", explique le responsable, qu'il s'agisse du bien-être, du confort énergétique et environnemental ou des actifs techniques. "Le digital ne sert qu'à servir ces offres là en appui de la performance multitechnique", poursuit-il ajoutant que l'idée est "d'optimiser les prestations et garantir la durabilité des bâtiments".

 

Le bâtiment générant des données de plus en plus colossales, il faut donc une architecture informatique plus performante pour les traiter et leur donner de la valeur ajoutée. Et c'est justement ce que propose l'outil créé par Vinci baptisée Hypervision. "Cet outil permet à nos équipes de mieux piloter nos contrats", explique Philippe Conus. Avec Hypervision, ses équipes consolident sur une même interface plusieurs sites, ce qui facilite leur pilotage. Vinci ambitionne même d'équiper 1.000 sites d'ici à fin 2018.

 

Optimiser la gestion immobilière au quotidien

 

L'application, consultable facilement sur téléphone ou tablette, "agrège toutes les données toutes les données des bâtiments au service du Facility Management (FM) (monitoring des énergies ; Building Information Modeling (BIM) ; gestion technique des bâtiments (GTB), des stocks de pièces de rechange et des expertises techniques ; Internet des objets (Iot) ; et mesure du taux de satisfaction des utilisateurs)", détaille Vinci. Et, "l'exploitation de ces données pourra aussi améliorer la pérennité des installations techniques et optimiser la gestion immobilière au quotidien", poursuit-il.

 

Mathieu Rigaud, responsable Projet Bim FM, présente l'outil et met en avant les atouts de la maquette numérique pour le facility management. Il prend l'exemple d'un luminaire en panne sur un plateau. Grace à la maquette Bim et aux données récoltées, un technicien peut rapidement identifier les lieux, la pièce à changer et les moyens pour y accéder. En ayant une vision globale des sites, cela permet d'avoir une vision d'ensemble et ainsi de gagner du temps dans la prise en charge des demandes et donc de la satisfaction client, insiste-t-on chez Vinci Facilities. La filiale de Vinci Energies rappelle aussi que cette plateforme gère aussi bien les réseaux d'eau, que d'électricité, de gaz ou les pièces détachées liées au bâtiment.

 

La protection des données inscrites dans un livre blanc

 

"Avec le numérique nous pouvons mieux cibler les besoins et les attentes de nos clients, bâtir avec eux les solutions. A titre d'exemple, une analyse fine de l'usage réel des locaux par les salariés contribue à mieux affecter les ressources immobilières et à ajuster le niveau des services. Le digital nous confère également plus de réactivité, une meilleure qualité d'interventions et fait émerger de nouveaux services" complète Philippe Conus.

 

Et alors que la question de la protection des données est souvent source d'inquiétude et de méfiance, Vinci en profite pour annoncer la réédition, courant 2018, d'un livre blanc rappelant que toue la description de l'ouvrage appartient aux clients.

actionclactionfp