DÉCRYPTAGE. En pleine crise énergétique, le Gouvernement tente de jouer sur tous les fronts en présentant au Parlement son projet de loi d'expansion des énergies renouvelables, et en dévoilant en parallèle son texte sur la construction des nouveaux réacteurs nucléaires. Plus que jamais, les pouvoirs publics veulent concilier l'essor de toutes les filières décarbonées.


Faire feu de tout bois : telle semble être la ligne politique du Gouvernement en cet automne marqué par la crise énergétique. Alors que les prix des mégawatts-heure d'électricité et de gaz demeurent à des niveaux extrêmement élevés, et ont remis au coeur des débats les épineuses questions de souveraineté énergétique, l'exécutif tente de jouer sur tous les fronts en présentant au Parlement son projet de loi d'expansion des énergies renouvelables (ENR) et en dévoilant en parallèle son texte sur les nouveaux réacteurs nucléaires.

 

 

Annoncé par Emmanuel Macron lors de son discours de Belfort en début d'année, l'objectif de concilier l'essor de toutes les filières décarbonées est plus que jamais martelé. Ce qui passe déjà par le projet de loi de développement des ENR, dont le Gouvernement a fait un symbole de sa politique environnementale.

 

L'examen du texte vient de débuter au Sénat mais les débats s'annoncent houleux. La ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher, qui porte ce projet de loi, a mis en garde contre
Il vous reste 81% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter

Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp