ÉNERGIES MARINES. Le prototype d'une seconde éolienne en mer a été déployé à Brest, sur un site expérimental de l'Ifremer. Nommé Eolink, il doit valider le concept de structure flottante où l'imposant mât de la turbine est remplacé par quatre bras inclinés, plus légers. Détails.

Elle n'est pas encore géante, mais elle flotte : le prototype d'éolienne Eolink à l'échelle 1/10e vient d'être installé en mer, ce vendredi 20 avril 2018, devant Sainte-Anne-du-Portzic (Finistère). Les pales de la machine culminent tout de même à 22 mètres au-dessus des flots et la structure flottante fait 7 mètres de long sur 6 mètres de large. Sa particularité ? Le mât conventionnel de l'éolienne est remplacé par quatre bras qui réduisent la masse et améliorent la résistance structurelle, tout en autorisant l'installation d'un rotor de plus grandes dimensions. La machine définitive devrait pouvoir développer une puissance deux fois plus élevée que les éoliennes offshore prévues pour les parcs français de 1re génération (qui ne verront pas le jour avant 2021, au plus tôt). Marc Guyot, le dirigeant d'Eolink, précise : "A terme, une telle éolienne pourra produire 12 MW, permettant de réduire le coût de production électrique de 20 à 25 % par rapport aux références actuelles". La machine à taille réelle disposera donc d'un rotor de 200 mètres de diamètre et d'une nacelle installée à 120 mètres des flots, le tout reposant sur des flotteurs semi-submersibles en acier et/ou béton de 66 mètres de long sur 58 mètres de large. L'ensemble pèsera moins de 700 tonnes, là où l'Ideol ID1 accuse plus de 5.000 tonnes sur la balance !

 

Le concept de turbine à forte puissance monté sur une structure légère a été entièrement développé sur le technopôle de Plouzané (Finistère), puis éprouvé en bassin d'essai à l'Ifremer, qui est partenaire du projet. Dans ce bassin d'eau de mer, équipé d'un générateur de houle et d'une batterie de 12 ventilateurs, un modèle réduit a été soumis à une multitude d'états de l'océan, depuis une houle régulière jusqu'à des vagues focalisées, en présence de vent uniforme ou turbulent jusqu'à 9 m/seconde. Marc Le Boulluec, ingénieur au laboratoire Comportement des structures en mer, détaille : "160 essais y ont été conduits avec une maquette de l'éolienne à l'échelle 1/50e". Ces tests ont alimenté des outils de calcul pour améliorer le dimensionnement des différents éléments.

 

Découvrez les autres secrets d'Eolink en page 2

actionclactionfp