ENR. Le ministère de la Transition écologique a dévoilé le nom des dix entreprises ou groupements présélectionnés pour la construction et l'exploitation de ce premier parc éolien flottant français. Le dialogue concurrentiel est donc lancé.

Jusqu'alors, les projets d'éolien flottant étaient des fermes pilotes de 3 éoliennes, pour une puissance comprise entre 24 et 30MW par projet. Ils sont au nombre de 4 : trois en Méditerranée, un autre en Bretagne, au large de Groix et de Belle-Ile-en-Mer. Cette fois, c'est un parc d'une toute autre ampleur qui passe une nouvelle étape, en cette rentrée 2021.

 

Dans le sud de la Bretagne, au-delà de la ferme pilote, deux fermes devraient en effet voir le jour. L'une de 250 MW, l'autre pouvant aller jusqu'à 500MW. Leur raccordement serait mutualisé. Ces projets ont fait l'objet d'un débat public qui s'est achevé en décembre 2020. En mai 2021, le ministère de la Transition écologique lançait l'appel d'offres et retenait une large zone, à plus de 15km des côtes de Belle-Ile et de Groix, pour leur installation. Zone qui sera progressivement réduite.

 

Pour le parc le plus grand, les études environnementales se poursuivent. Son attribution n'est pas attendue avant 2024. Mais pour celui de 250MW, les choses se précisent. En effet, le 15 septembre 2021, le ministère a dévoilé la liste des dix candidats encore en lice (lire ci-dessous), ouvrant ainsi le dialogue concurrentiel.

 


La liste des dix présélectionnés


- Le consortium formé par CIP et ENI
- Eoliennes Flottantes Bretagne Grand Large, société de projet d'EDF Renouvelables et Maple Power (co-entreprise d'Enbridge et CPPIB)
- Le consortium formé par les groupes Elicio et BayWa r.e.
- Equinor
- Iberdrola
- Ocean Winds, co-entreprise dédiée à l'éolien en mer d'ENGIE et d'EDPR
- RWE
- Le consortium formé par Shell, Valeco (filiale d'EnBW) et Eolien en Mer Participations (filiale de la Caisse des dépôts et consignations)
- Le consortium formé par les groupes TotalEnergies, Green Investment Group et Qair
- Le consortium formé par les groupes wpd, Vattenfall et BlueFloat Energy

 

5e appel d'offres, 9e parc offshore, 1er utilisant le flottant

 

Les capacités techniques et financières des entreprises ou groupements ont d'ores et déjà été vérifiées. Cette nouvelle étape de l'appel d'offres - le cinquième en France dans l'éolien offshore - "vise à réduire les coûts des projets et à sécuriser leur réalisation", explique le ministère dans un communiqué. L'Etat et les candidats échangeront autour d'un projet de cahier des charges qui intègrera des remarques formulées lors du débat public, promet-on, notamment concernant l'insertion du projet dans le contexte économique local.

 

Ce parc est le 9e projet d'éolien en mer français à être lancé. C'est l'un des premiers à utiliser une technologie flottante à l'échelle du continent européen, permettant ainsi de s'installer dans des zones plus profondes. Le lauréat de l'appel d'offres sera désigné en 2022. La mise en service du parc, quant à elle, est prévue en 2029.

actionclactionfp