Benoît Hamon souhaite favoriser la reprise des entreprises par les salariés "en améliorant les formations professionnelles sur le fonctionnement des SCOP et en mettant en place une assistance technique de l'Etat (la DIRECCTE) lors de la création du dossier de reprise", précise-t-il.

 

Manuel Valls entend, pour les entreprises, "continuer de gagner en compétitivité pour créer des emplois". Selon lui : "L'Etat doit être au service de l'innovation, accompagner les grandes transitions (écologique, numérique) en misant sur la recherche", indique-t-il dans son programme. Il propose ainsi, d'ouvrir un droit à la création d'entreprise, avec un accompagnement dédié et un prêt de l'Etat à taux zéro, sans remboursement les premières années pour aider nos entrepreneurs à se lancer.

 

Une autres de ses propositions pour les entreprises est de "faire en sorte que chaque TPE-PME bénéficie à la fois des conseils et des appuis financiers nécessaires pour opérer sa propre modernisation numérique". Manuel Valls souhaite par ailleurs "réserver une part des marchés publics aux PME".

 

Renforcer le syndicalisme


Benoît Hamon souhaite renforcer "l'implication des syndicats dans la prise de décisions stratégiques" garantir "leur accès exhaustif à l'information". Dans son projet, il précise qu'il mettra également en place un chèque syndical "pour faciliter la syndicalisation en PME et pouvoir négocier à armes égales".

 

Compte pénibilité

 

Manuel Valls compte bien continuer à le développer.

 

Apprentissage

 

L'ancien ministre souhaite que les apprentis passent plus de temps en entreprise. Il estime que cette mesure inciterait les entreprises à recourir davantage à l'apprentissage.

 

Heures supplémentaires

 

Manuel Valls souhaite défiscaliser les heures supplémentaires "maintenant que nous avons retrouvé les marges de manœuvre budgétaires pour le faire."

 

Indépendants

 

Si le député des Yvelines est favorable au travail indépendant, il est en revanche fermement opposé à l'ubérisation. Il entend donc lutter "contre le salariat déguisé des entreprises ubérisées" et annonce qu'il requalifiera " leurs 'collaborateurs' en salariés".

 

De son côté, Manuel Valls ambitionne de "faire que tous les Français bénéficient de la même protection sociale de base et d'aligner la protection sociale des travailleurs indépendants sur celle des salariés".

 

Impôt sur les sociétés


Manuel Valls veut "préserver les moyens de production de toute nouvelle taxation" et "leur donner de la lisibilité en définissant au début du quinquennat et pour 5 ans les orientations générales des politiques fiscales conduites dans les domaines structurants pour les entreprises (logement, bénéfices, et énergie)".

actioncl