Comme Vincent Peillon, Benoît Hamon souhaite favoriser la reprise des entreprises par les salariés "en améliorant les formations professionnelles sur le fonctionnement des SCOP et en mettant en place une assistance technique de l'Etat (la DIRECCTE) lors de la création du dossier de reprise", précise-t-il.

 

Renforcer le syndicalisme
Benoît Hamon souhaite renforcer "l'implication des syndicats dans la prise de décisions stratégiques" garantir "leur accès exhaustif à l'information". Dans son projet, il précise qu'il mettra également en place un chèque syndical "pour faciliter la syndicalisation en PME et pouvoir négocier à armes égales".

 

LES INDEPENDANTS - LE RSI


Si le député des Yvelines est favorable au travail indépendant, il est en revanche fermement opposé à l'ubérisation. Il entend donc lutter "contre le salariat déguisé des entreprises ubérisées" et annonce qu'il requalifiera " leurs 'collaborateurs' en salariés".

 

Création d'un statut social unique
Afin de dépasser la distinction entre salariat et travail indépendant, Benoît Hamon programme de créer un statut unique pour tous les actifs, qui sera "plus protecteur selon le degré de vulnérabilité des actifs, à partir du socle commun du droit du travail et de la protection sociale".

 

Il compte également améliorer la couverture retraite complémentaire et la couverture accident du travail/maladie professionnelle des indépendants. Il précise : "J'équilibrerai les prélèvements sociaux afin qu'à revenus égaux, un indépendant et un salarié cotisent du même montant".

actioncl