FILIÈRE. La Fédération des distributeurs, loueurs et réparateurs de matériels de construction et de manutention (DLR) propose dorénavant un "kit opérationnel du loueur", qui détaille le cycle opérationnel de la location d'engins et doit permettre de professionnaliser le secteur. Le document se compose de fiches de travail axées sur quatre thèmes.

En 2018, la commission location de la fédération DLR a planché sur la réalisation d'un document destiné à détailler le cycle opérationnel de la location d'engins. Intitulé "Le kit opérationnel du loueur", il regroupe des règles de bonnes pratiques et de bon sens, afin d'aider les entreprises du secteur à être pleinement opérationnelles et à mieux rentabiliser leurs offres de location. Le kit se compose en fait de fiches de travail axées sur quatre thèmes, à savoir le parc matériel, les procédures commerciales et tarifaires, les processus opérationnels en agence, et les procédures administratives opérationnelles. "Un contrat-type de location, ça n'existe pas. C'est sur ce constat que nous avons rédigé ce kit du loueur", explique Joël Fruchart, président de la commission location de DLR. "Ce document rappelle certaines procédures, parfois les plus basiques : 'comment on fait ?', 'comment réagir ?'... A l'origine de ce kit, une compilation des questions posées par les adhérents DLR et quelques fiches que j'avais commencé à écrire. Nous avons compilé les sujets afin de créer un document de synthèse qui puisse s'adresser à la fois aux dirigeants, mais aussi aux responsables d'exploitation et responsables d'agences. C'est aussi un document qui peut être remis à des nouveaux embauchés."

 

"Ce kit est une synthèse de ce que tout loueur doit réaliser dans son quotidien pour faire avancer son entreprise"

 

Un kit du loueur qui se veut donc universel, a fortiori dans un contexte favorable aux entreprises de distribution/location/réparation : celles-ci ont enregistré 12 trimestres consécutifs de hausse de leur chiffre d'affaires, et le secteur aimerait continuer à surfer sur la vague. Dans l'optique de consolider leur activité mais aussi de professionnaliser leur filière, les loueurs misent donc sur ce nouveau document pour mieux cerner les spécificités du BTP, leur principal donneur d'ordres. D'autant que la dépendance aux grands comptes nationaux doit être "mesurée et maîtrisée" par chaque entreprise de location : un portefeuille clients diversifié garantit une activité viable, et la seule augmentation du chiffre d'affaires ne peut pas être une fin en soi. "Ce kit du loueur est une synthèse de ce que tout loueur doit réaliser dans son quotidien pour faire avancer son entreprise", assure le délégué général de la fédération DLR, Hervé Rebollo. "Il accompagne le mouvement de professionnalisation de la profession qui est en cours au sein de la fédération, notamment en matière de contrats de travail, de procédures administratives, de lutte contre les impayés..." Et le responsable d'indiquer : "Réservé aux adhérents DLR, ce kit est amené à évoluer au fil des mois".

actionclactionfp