MATÉRIAUX. Le Cerema et Biobuild Concept viennent de signer une convention-cadre de partenariat pour soutenir le développement de la filière des matériaux biosourcés et géosourcés. À quelques mois de l'entrée en vigueur de la RE2020, cette action s'inscrit aussi dans un dispositif d'appui aux jeunes pousses et PME innovantes.

Donner un nouvel élan à la filière des matériaux biosourcés et géosourcés dans le secteur du bâtiment : voici l'objectif de la convention-cadre de partenariat signé ce 13 septembre entre Pascal Berteaud, directeur général du Cerema (Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement), et Marie de Korff, présidente de Biobuild Concept, qui se présente comme "une agence dans la construction éco-durable". D'une durée de cinq ans, cette collaboration s'inscrit dans le cadre du dispositif CeremaLab, qui se fixe pour objectif de soutenir les jeunes pousses et PME innovantes. À quelques mois de l'entrée en vigueur de la Réglementation environnementale 2020, l'enjeu est aussi de fourbir les armes de la filière pour qu'elle soit en mesure de répondre à la future hausse de la demande en matériaux biosourcés, ceux-ci étant consacrés dans le texte qui s'appliquera à compter du 1er janvier 2022.

 

Utilisation "incontournable" dans le neuf et rôle "pertinent" dans la rénovation des biosourcés

 

D'après le Cerema, l'ambition de cette convention de partenariat est de "développer les filières des matériaux biosourcés et de proposer des offres de services innovantes conjointes". Face à la consommation énergétique et aux émissions de gaz à effet de serre du bâtiment, l'utilisation des matériaux biosourcés (bois, paille, ouate de cellulose...) est présentée comme "incontournable" : "ils permettent de conserver le stockage de carbone permis par la biomasse et favorisent le développement économique des territoires grâce à une production de proximité", complète l'organisme, qui met également en avant leur rôle "pertinent" dans les chantiers de rénovation énergétique.

 

Les grandes lignes de la convention-cadre entre le Cerema et Biobuild Concept portent donc sur le développement "des outils, des méthodes, des prestations, des services au bénéfice des territoires et des acteurs de la construction des filières biosourcées", ainsi que sur la stimulation de "la recherche, l'innovation et la valorisation des résultats dans le domaine de la construction durable". La réalisation d'études et d'expertises portant sur la construction durable est en outre au programme. Plus largement, ce partenariat s'ajoute à une liste de collaborations "déjà fructueuse", selon le Cerema, qui liste : "projet de valorisation des performances hygrométriques des bétons de chanvre, normalisation des granulats pour bétons biosourcés (NG2B), valorisation de la plante typha en Afrique de l'Ouest (projet Tyccao), bâtiments en terre et biosourcés à Mayotte et en Guyane (Toma)".

actionclactionfp