POINT DE VUE. Différentes prises de position des Architectes, dans le cadre du projet de loi Logement (ELAN), étonnent voire agacent les professionnels de la construction modulaire. Ces derniers réagissent et entendent faire valoir leurs atouts.

Alors que le projet de loi logement, appelé loi ELAN, est en cours de rédaction, les crispations entre différents acteurs de l'acte de bâtir se font sentir. C'est par exemple le cas des acteurs de la construction modulaire qui entendent réagir aux propos des architectes. Eric Aurenche, président de l'ACIM (Association des constructions industrialisées et modulaires), nous explique avoir été surpris que lors de leurs vœux, les présidents du CNOA et de l'UNSFA aient évoqué la préfabrication comme un problème pour la qualité architecturale. Et la lettre commune envoyée au Premier ministre n'a pas arrangé les choses.

 

Une question de sémantique ?


"Nous voulons réagir à cela car nous estimons que les arguments utilisés ne sont pas pertinents", nous a confié Eric Aurenche qui entend leur dire : "N'ayez pas peur". Le problème n'est peut-être qu'un problème de sémantique car "les mots liés au modulaire font peur aux architectes", reconnait-il. Mais il tient à faire valoir qu'il peut y avoir : "de l'architecture modulaire qui n'est pas du tout standard et qui fait monter la qualité. Donc, associer la construction modulaire à la baisse de qualité est tout à fait fallacieux", selon lui. Il poursuit : "La construction modulaire est la possibilité du multimatériau (bois, métal, béton, verre...) mais aussi de l'industrialisation, de la préfabrication, et de la standardisation. Elle répond aux mêmes attentes de qualité et d'environnement" que les autres systèmes constructifs, tient-il à rappeler ajoutant que ce type de construction oblige à la collaboration et que par conséquent les architectes y ont toute leur place.

 

L'ACIM invite les architectes à découvrir "l'étendue des possibilités"

 

Il regrette une "méconnaissance de la profession" sur les constructions modulaires et invite donc les architectes à venir assister à un colloque organisé le 22 mars à l'ENSA de Paris. Dans un courrier adressé aux présidents du CNOA et de l'UNSFA, il rappelle toutefois que de grands architectes ont signé des réalisations remarquables en préfabrication industrielle. Eric Aurenche insiste : "l'étendue des possibles est le même que dans les bâtiments classiques" et "tout ce qui est industriel n'est pas forcément moche".

 

Enfin, évoquant la lettre des six organismes envoyée au Premier, le président de l'ACIM le répète, "la loi ELAN ne va rien casser et la construction modulaire ne mettra pas en péril ni la profession des architectes ni les artisans ni les scop ni personne". Il rappelle à ce titre que les membres de l'association sont pour la plupart des PME.

actionclactionfp