INTERNATIONAL. La république d'Estonie, qui fête cette année son centenaire, s'avère être un acteur européen de premier plan dans la construction en bois. Urve Palo, ministre estonienne de l'Entrepreneuriat, et Elari Kivisoo, de l'Association estonienne des fabricants de maisons et bâtiments en bois, font le point sur le développement important de cette activité.

Tout un symbole : Urve Palo, la ministre estonienne de l'Entrepreneuriat est également ministre des Technologies de l'information. Elle concentre donc deux des activités principales de ce petit pays balte, qui fête les 100 ans de sa première indépendance. En visite à Paris ce 19 mars 2018 pour rencontrer son homologue français, le secrétaire d'Etat chargé du Numérique, Mounir Mahjoubi, elle en a profité pour effectuer une présentation des activités économiques liées à la construction bois : "Notre pays est connu pour être en pointe dans le numérique, mais il a aussi une grande tradition du bois". Il faut dire que la moitié de la superficie de la nation est couverte de forêts et que son climat, rude, expliquent cette situation. Urve Palo résume : "La construction en bois c'est efficace et intelligent. On obtient un habitat sain, résistant et bien isolé. C'est le seul matériau entièrement renouvelable, et il représente donc une solution à l'échelle planétaire pour diminuer la consommation d'énergie et réduire les émissions de CO2".

 

Une nation tournée vers l'export

 

Les logements en bois gagnent donc du terrain, notamment celles construites à partir d'éléments préfabriqués : "la success story de la filière estonienne", assure la ministre qui précise que le pays est le numéro un européen dans le domaine. Son marché domestique étant restreint, avec une population de seulement 1,3 million d'habitants, l'Estonie s'est donc rapidement tournée vers l'export qui représente aujourd'hui entre 85 et 90 % du chiffre d'affaires du secteur, soit près de 300 M€. Avec 180 entreprises actives et une ressource plus qu'abondante, la république balte fait valoir deux avantages : "La flexibilité des producteurs et la situation logistique du pays", note Urve Palo. Ouvert sur la mer Baltique, le pays peut en effet exporter ses produits bois vers les pays nordiques, Norvège et Suède en tête, ainsi que vers l'Allemagne. "Mais cela ne nous empêche pas de viser d'autres pays en Europe centrale et Europe de l'Ouest, ou en Asie", assure-t-elle. A ce jour, la France représente environ 6 % des exportations estoniennes de bois de construction, mais la petite république espère nouer des partenariats fructueux dans le domaine.

 

De la cabane de jardin à la tour de 50 mètres

 

Elari Kivisoo, membre de la direction à l'association estonienne des fabricants de maisons et bâtiments en bois, ajoute : "Le pays combine tradition historique, ressources grâce aux forêts et investissements industriels". Ses entreprises sont donc impliquées dans toutes les solutions constructives : "Nous pouvons couvrir tous les besoins, depuis les abris de jardin et cabanes d'été jusqu'aux tours de grande hauteur". En effet, l'offre estonienne couvre un spectre très large, depuis les maisons traditionnelles en rondins jusqu'aux dernières technologies d'assemblage du bois (CLT, BRT), en passant par les éléments modulaires. Sur le marché norvégien notamment, l'entreprise Kodumaja a participé à la construction d'une tour d'habitation de 14 étages et 51 mètres de hauteur à Bergen, soit exactement la hauteur visée par les tours françaises à venir (Hypérion et Silva à Bordeaux par exemple). La construction bois n'a donc déjà plus aucun secret pour les firmes estoniennes qui affichent de grandes ambitions. Les avantages de ces solutions, outre une empreinte carbone réduite (les éléments préfabriqués de la tour de Bergen, implantée sur la côte, ont été livrés par un seul cargo), sont des temps d'assemblage courts, qui permettent de se libérer des contraintes saisonnières dans les pays nordiques, et une bonne durabilité. La société Kodumaja précise que l'immeuble est probablement le plus sûr face aux incendies de toute la ville en raison de la massivité de la structure en bois et du traitement de tous les éléments. Des arguments pour convaincre les plus réticents à l'apparition de tels édifices en France ?

actionclactionfp