D'après les chiffres de l'Observatoire de la commande publique pilotés par l'Assemblée des communautés de France (ADCF) et la Caisse des Dépôts (CDC), une légère reprise (+2,5 %) des achats publics se confirme au premier semestre 2017 par rapport à la même période l'an dernier. En revanche, la chute se poursuit en matière des travaux neufs avec une baisse de 9,4 % de semestre à semestre.

Le baromètre de l'Observatoire de la commande publique publié le 21 juillet 2017 par l'Assemblée des communautés de France (ADCF) et la Caisse des Dépôts (CDC), signale une légère reprise des achats publics sur le premier semestre 2017, à 38,68 milliards d'euros, ce qui représente une hausse de +2,5 % par rapport à la même période l'an dernier. "Le bloc local repart à la hausse mais de manière très timide, observe l'étude. Mais, c'est dans les travaux que la chute principale s'explique depuis 2012, les services et achats de fournitures ayant été assez stables."

 

Une réduction de 9,4% de semestre à semestre dans les travaux neufs

 

En détails, l'Observatoire de la commande publique précise que "la chute se poursuit en matière des travaux neufs, avec une réduction de 9,4% de semestre à semestre." "Les travaux de renouvellement se stabilisent en revanche et même progressent pour les seules collectivités, précise-t-il. Ce sont de fait les services les ingénieries et les achats de fournitures qui redynamisant la commande publique." D'après l'étude, "une partie des commandes de travaux doit d'ailleurs être externalisée dans des délégations de services. Cela se confirme lorsque l'on regarde les commandes en matière d'eau et d'assainissement par exemple, les commandes continuent de chuter mais avec un mieux dans les services."

 

Par ailleurs, une reprise nette de la commande publique est observée sur des sujets tels que le numérique mais aussi les bâtiments territoriaux. "Les chantiers d'accessibilité et d'efficacité énergétique expliquent certainement une partie de cette reprise, signale la note de conjoncture. D'autres domaines, comme les routes, continuent de connaître des baisses." Un constat partagé ces jours-ci par Philippe Laurent, secrétaire général de l'Association des maires de France, interrogé, en amont de la Conférence nationale des territoires, organisée le 17 juillet 2017.

 

Enfin, le baromètre reconnaît que "les acteurs publics -Etat, collectivités, opérateurs, bailleurs sociaux- sont loin des mouvements de reprise qui caractérisent en période normale les deuxième et troisième années des cycles électoraux."

 

Par rapport à 2017, le bloc local voit sa commande publique progresser de 2,9% à 18,53 milliards d'euros contre 18,01 milliards d'euros l'an passé. Mais elle est encore très loin des 24 milliards d'euros du premier semestre 2012. Ce différentiel de presque six milliards, sur un seul semestre, explique l'essentiel de la chute de la commande publique.

 

Alors que la commande publique des opérateurs publics (RATP, RFF...) avoisine en général les deux milliards d'euros sur un semestre, l'étude montre que "c'est à nouveau le cas au cours du premier semestre 2017, après deux années de tassement à 1,8 milliards d'euros." "Mais elle retrouve désormais son niveau de 2012 et sera sans doute dynamisée par les chantiers du Grand Paris Express", avance le baromètre.

actionclactionfp