PHOTOVOLTAÏQUE. A l'instar de la France et des Pays-Bas, qui se sont dotés de tronçons de chaussée producteurs d'électricité, l'Empire du Milieu teste depuis quelques jours une route solaire. Et comme la Chine voit toujours les choses en grand, il s'agit d'une portion d'autoroute et non pas d'une simple départementale.

Loin d'être un phénomène de mode, le développement des routes solaires est une tendance mondiale visant à rendre des espaces déjà artificialisés producteurs d'énergie, afin d'épargner des surfaces agricoles notamment. Après la piste cyclable hollandaise d'une soixantaine de mètres de long, testée en 2014, et après Wattway, la route photovoltaïque de Colas déployée en France sur 1 km de long depuis plus d'un an, c'est la Chine qui frappe un grand coup avec la première autoroute solaire au monde.

 

Dans la province du Shandong, dans l'est du pays, la Jinan Expressway s'est dotée de plus d'un kilomètre de capteurs solaires posés à même la chaussée. Le chiffre reste vague selon les médias, entre 1 et 2 km, mais tous s'accordent sur les capacités de production : 1 million de kWh par an d'électricité seront produits par cet axe de circulation, de quoi alimenter 800 foyers chinois. Un chiffre énorme par rapport à la productivité annoncée du site français (seulement 150 MWh effectifs contre 300 attendus). Mais un chiffre qui reste faible, vu le nombre d'habitants en Chine. Il représente tout de même une avancée dans le bon sens qui est celui d'une réduction des émissions de gaz à effet de serre liés à la production d'électricité par des centrales à charbon. D'autant que le potentiel cumulé du réseau autoroutier chinois est immense avec plus de 130.000 km de voies express, l'autoroute G35 actuellement en construction entre Jinan et Guangzhou (au sud), s'étirant à elle seule sur plus de 2.000 km.

 

Pillage de matériaux ou espionnage industriel ?

 

Autre nouveauté, déjà imaginée par les développeurs européens de chaussées du futur, la possibilité dans un avenir proche de recharger les véhicules électriques circulant sur la route par un phénomène d'induction. Techniquement, la solution chinoise s'apparente en tout point à la technologie Wattway : il s'agit de panneaux solaires fins, recouverts d'une résine transparente qui les protège des agressions physiques liées à ce milieu particulier (passage de nombreux véhicules à 100 km/h, y compris des poids lourds et des cars, phénomènes météo violents). Mais il y a un phénomène que n'avaient pas anticipé les porteurs du projet à Jinan : quelques jours après avoir été inauguré, le tronçon a été… pillé. Des dalles ont été descellées sur 1,80 mètre de long et quelques dizaines de centimètres de large. Pas de quoi alimenter une maison en électricité. En revanche de quoi faire progresser la R&D d'une société concurrente peut-être ? Preuve s'il en est besoin que cette technologie intéresse beaucoup de monde et que, dans l'avenir, le marché des axes de circulation à énergie positive devrait se développer partout sur Terre, jusqu'aux Etats-Unis, où la route 66 pourrait se convertir au solaire.

actionclactionfp