REPORTAGE. Dans les Bouches-du-Rhône, le chantier d'Iter progresse, malgré plusieurs crises qu'il a pu traverser. Batiactu l'a visité et établit un point d'étape de l'avancée du projet.


"La situation du conflit russo-ukrainien n'a, pour l'heure, aucun impact sur l'avancement du chantier", affirme Robert Arnoux, responsable de la communication du projet de fusion nucléaire Iter. Lors d'une visite du chantier à Saint-Paul-lez-Durance, à la frontière entre les Bouches-du-Rhône, le Var et les Alpes-de-Haute-Provence, le porte-parole a présenté l'avancée de ce projet international. "La Russie fournit des pièces à la construction du projet, une prochaine livraison est prévue dans quelques mois", continue-t-il. Iter attend une dernière bobine russe. Le chantier a déjà subi du retard à cause de la pandémie de Covid-19 et d'une suspension temporaire de sa construction suite à une demande de l'Autorité de sûreté nucléaire fin janvier. Les porteurs du projet, Iter Organization, espèrent tenir le cap d'une livraison en 2035.
Il vous reste 80% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter
PROMO ÉTÉ 2022 - abonnement 12 mois ETENDU jusqu’au 30 SEPTEMBRE 2023
Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp