POLITIQUE. Le Gouvernement a présenté le 26 septembre 2022 le premier budget de la nouvelle législature. Les mobilités semblent plutôt bien servies, et les crédits consacrés aux infrastructures sont une nouvelle fois en hausse, avant même l'actualisation de la trajectoire des investissements de l'Etat, prévue en 2023. Mais est-ce suffisant ?


60 milliards d'euros. C'est le budget sur lesquel devraient pouvoir compter les ministères de la Transition écologique et de la Transition énergétique en 2023, en hausse de 15% par rapport au périmètre équivalent en 2022. C'est en tout cas ce qu'a annoncé le Gouvernement, en présentant le premier projet de loi de finances du quinquennat, le 26 septembre 2022. De quoi "amorcer la hausse des moyens avant même les travaux de planification écologique qui auront lieu cet automne", se félicite le cabinet du ministre de la Transition écologique Christophe Béchu.

 

Dans cette enveloppe, une part conséquente sera consacrée aux mobilités, promet l'exécutif : près de 10 milliards d'euros ! 9,7 pour être précis. Avec toujours le même objectif : favoriser les transports du quotidien, le ferroviaire (qui représentent ensemble plus de la moitié des investissements), et des mobilités plus durables.
Il vous reste 78% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter

Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp