A quelques semaines des Journées Européennes du Patrimoine (17-18 septembre 2011), le ministère des Finances de Bercy nous a ouvert ses portes pour une descente au cœur de ses entrailles. L'occasion d'apprécier les nombreuses œuvres d'art qui ornent les murs et les allées du site, ainsi que l'architecture résolument avant-gardiste de ce centre de pouvoir. Visite.

Plus qu'un bâtiment de pouvoir, le ministère des Finances de Bercy, situé dans le quartier éponyme, est surtout un lieu de symboles. A commencer par le chiffre 5 qui revient sans cesse lorsqu'on évoque ce site : plus de 5.000 personnes travaillent dans 5 bâtiments répartis sur 5 hectares. Et ce n'est qu'un début…

 

Historiquement implanté dans l'aile Richelieu du prestigieux Palais du Louvre, le ministère a emménagé sur le site de Bercy à l'automne 1989, suite à la décision du Président François Mitterrand de « rendre le musée du Louvre à l'Histoire de France ». L'idée, c'est aussi de rassembler tout le personnel de ce ministère sur un seul et même site et d'opérer un rééquilibre dans la partie Est de Paris, face à l'émergence du quartier de La Défense. Bercy s'inscrit donc dans le programme des Grands Travaux du président socialiste, et le projet, retenu en 1982, est confié à l'équipe d'architectes composée de Paul Chemetov et Borja Huidobro, qui se chargent des pavillons Colbert, Vauban et Necker. Les deux autres bâtiments du ministère - Sully et Turgot - seront conçus par Louis Arretche et Roman Karasinski. Dès 1984, les travaux démarrent.

 

S'appuyant sur la présence du viaduc de Bercy, et souhaitant conserver le passé médiéval du site, les architectes ont ainsi imaginé le bâtiment central « Colbert » comme un viaduc, avec deux arches de 70 mètres, l'une plongeant dans la Seine, l'autre enjambant la rue de Bercy. De même, des douves et un pont-levis parachèvent les références au Moyen-âge. Arches et passerelles caractérisent ce ministère puisque les cinq bâtiments qui le constituent sont tous reliés les uns aux autres. La modernité des bâtiments contraste également avec les autres lieux de pouvoir habituels (Elysée, Matignon, Quai d'Orsay…) : ici, confort et technologie se côtoient au quotidien, et l'on peut compter sur les 5 restaurants, 3 cafétérias, la crèche ou le bureau de Poste pour apporter tout le bien-être possible aux « habitants » de Bercy.

 

Bercy, un véritable village…
Car il s'agit bien d'une « ville dans la ville ». Rues, galeries, passerelles, terrasses, patios et autres jardins agrémentent l'ensemble de bâtiments qui communiquent de façon très astucieuse entre eux. En effet, les architectes ont anticipé, dès le milieu des années quatre-vingts, l'arrivée des nouvelles technologies, et ont donc pris le parti de créer un immeuble « intelligent » entièrement précâblé et doté de systèmes de gestion très performants. Ainsi, les espaces de travail ont été aménagés de façon à tenir compte de la vie des services, l'arrivée des fluides se fait par les faux plafonds, tandis que les cloisons sont modulables et adaptables selon les besoins. Mais c'est surtout le système d'acheminement du courrier qui retient l'attention. Le « Télédoc » assure la distribution automatique du courrier grâce à ses quelque 500 wagonnets qui circulent quotidiennement à 5 km/h sur les 5.5 km de rails répartis sur le site (et revoilà le chiffre 5 !). Et ce ne sont plus désormais que 5 tonnes de courrier, contre 12 tonnes avant l'ère de l'informatique, qui s'acheminent dans les sous-sols de Bercy.

 

Mais Bercy, ce sont aussi les bureaux des ministres de l'Economie, du Budget, de l'Industrie, de l'Emploi, des Comptes publics, de la Fonction publique et de la Réforme de l'Etat ! Soit autant d'espaces dédiés à ces hauts fonctionnaires de l'Etat. Une aile leur est d'ailleurs réservée, nommée l'Hôtel des ministres, qui présente une architecture particulière avec une ossature centrale composée d'un cube noir de 9 étages. Sa particularité tient aussi dans sa position décalée de 12° par rapport à l'axe du bâtiment Colbert, de façon à être situé face à Notre-Dame. Enfin, véritable « bunker », ce cube est surmonté d'un héliport, qui n'est plus en fonction à ce jour, et profite également d'un embarcadère, au pied de la « Pile en Seine » qui permet aux ministres de rejoindre l'Assemblée Nationale en à peine quelques minutes…

 


Bercy en chiffres
5.100 personnes travaillent sur le site
5 hectares
2 grandes arches de 70 m de long et de 8.000 tonnes chacune
Bâtiment Colbert : 360 m de long ; 43 m de haut
206.000 m2 de surfaces de bureaux
48.000 m2 de surfaces vitrées
42.8 km de couloirs
110 ascenseurs ou monte-charge
31 œuvres d'art exposées sur le site

actionclactionfp

Le long des douves

bercy
bercy © Bercy
Les douves le long du bâtiment Colbert font référence au passé médiéval du site de Bercy. Elles sont ornées de statues.

Enceinte

bercy
bercy © CL-Batiactu
Véritable "ville dans la ville", le ministère des Finances de Bercy est constitué d'allées, de rues, de porches, de terrasses et autres jardins. Le bien-être des 5.100 personnes qui y travaillent a été pensé à cet effet.

Rues

bercy
bercy © CL-Batiactu
Bercy est aujourd'hui composé de 5 bâtiments différents, tous portent le patronyme d'un célèbre homme politique : Colbert, Vauban, Necker, Sully et Turgot.
Les trois premiers ont fait l'objet d'un concours à l'issue duquel l'équipe d'architectes Paul Chemetov-Borja Huidobro a été choisie pour leur édification, en décembre 1982.
Sully et Turgot ont été conçus par le projet connexe des architectes Louis Arrteche et Roman Karasinsky.

Passerelles

bercy
bercy © Bercy
Les passerelles sont un élément clé du site de Bercy. Elles contribuent à rendre le site moderne et communicant, et à relier les 5 bâtiments entre eux.
Au total, il existe plus de 42 km de couloirs à Bercy.

Hôtel des ministres

bercy
bercy © CL-Batiactu
L'architecture de l'Hôtel des ministres - aussi appelé le Cube - est tout à fait particulier et se détache du bâtiment Colbert avec un angle de 12°, de façon à ce que les bureaux des ministres situés au dernier étage se trouvent face et dans l'axe de l'église Notre-Dame.

Cube noir

bercy
bercy © CL-Batiactu

Héliport

bercy
bercy © CL-Batiactu
L'héliport, conçu à l'origine du projet, n'a plus de fonction à ce jour. D'une part car les hélicoptères actuels sont trop grands ; d'autre part car la construction de la Bibliothèque Nationale - situé sur l'autre rive - a fait modifier le sens des vents. A noter également que survoler Paris aujourd'hui requiert de nombreuses autorisations.

Mur de ministres

bercy
bercy © CL-Batiactu
Dans le hall d'accueil de l'Hôtel des ministres, une petite rotonde de bois et d'inox accueille les photographies de tous les ministres de l'Economie et des Finances, depuis Pierre Mendes-France jusqu'à Christine Lagarde.

Douves

bercy
bercy © CL-Batiactu

Bâtiment Colbert - Hall Pierre Bérégovoy

bercy
bercy © CL-Batiactu
Le hall du bâtiment Colbert a pris le nom du ministre des Finances de François Mitterrand, qui a mis fin à ses jours le 1er mai 1993.
Majestueux, il abrite 4 oeuvres gigantesques, mesurant 7.20 x 4.60 m, toutes commandées par l'Etat sur le thème de l'Argent. Seule une illustre l'Environnement.

Carrelages en marbre

bercy
bercy © CL-Batiactu
Le sol du hall Bérégovoy est composé d'un patchwork de 28 marbres différents : marbre blanc de Carrare ou de Paros, brocatelle lorsqu'il semble imiter le dessin du brocart, cipolin quand il est grisâtre et que ses veines ondulées rappellent la coupe de l'oignon (cipolla en italien), griotte s'il est taché de rouge et de brun, ophite s'il est sombre et rayé comme une peau de serpent, turquin lorsqu'il est bleu.

Pactole

bercy
bercy © Bercy
A l'instar de la toile de Paul Rebeyrolle intitulée Pactole, les autres peintures et sculpture de Bercy s'inscrivent dans le "1% artistique", institué en 1951 dans le cadre du mécénat d'Etat.
Depuis cette date, les maîtres d'ouvrage publics sont tenus de consacrer à l'acquisition d'oeuvres d'art 1% du montant hors taxes des travaux de constructions scolaires et universitaires qu'ils effectuent. Ce n'est qu'en 1980 que la procédure du 1% a été étendue à l'ensemble des constructions publiques.

 

Pactole s'inspire de la mythologie grecque : le fleuve Pactole charrie des paillettes d'or, depuis que Dyonisos ordonna au roi Midas (qui transformait ce qu'il touchait en or, ndlr) de se purifier aux sources du Pactole.

Statue de Pénélope par Antoine Bourdelle

bercy
bercy © Bercy
Installée dans les douves du site en octobre 1989, voici la Pénélope d'Antoine Bourdelle, sculpteur français, qui fréquenta autrefois Rodin.

Porte de la cour d'honneur

bercy
bercy © CL-Batiactu
La Porte d'Honneur de Bercy, qui donne accès à la Cour d'honneur, ne s'ouvre que lors de grandes occasions, soit environ deux fois par an.
Ainsi, durant les Journées européennes du Patrimoine (les 17 et 18 septembre 2011 cette année), et lors de la visite de dignitaires étrangers.

 

Mesurant 7 x 7 m, elle est constituée de 50 panneaux de bronze, soit un poids total de 5 tonnes. Elle s'ouvre en 30 secondes grâce à un système de vérins hydrauliques. C'est Georges Jeankelowitch, dit Jeanclos, qui a réalisé cet ouvrage orné de personnages au crâne chauve.

Emblème présidentiel

bercy
bercy © CL-Batiactu
Le Président de la République François Mitterrand avait choisi cet emblème pour marquer les réalisations de son double septennat.
Ce symbole représente un chêne et un olivier entremêlé, soit la force et la paix.

La Poste

bercy
bercy © CL-Batiactu
Bercy compte un véritable bureau de Poste dans son enceinte, ainsi qu'une supérette et une crèche...
Le centre de tri postal est aussi l'endroit d'où partent les cinq tonnes de courrier destinées aux employés du site, dont l'acheminement se fait par le système "Télédoc" : 500 wagonnets circulent sur plus de 5 km de rails dans les sous-sols du site.

Télédoc

bercy
bercy © CL-Batiactu
Chaque service de Bercy est codifié, ce qui permet de gérer le trajet de chaque wagonnet.

Maquette

bercy
bercy © CL-Batiactu
Historiquement implanté dans l'aile Richelieu du prestigieux Palais du Louvre, le ministère a emménagé sur le site de Bercy à l'automne 1989, suite à la décision du Président François Mitterrand de « rendre le musée du Louvre à l'Histoire de France ». L'idée, c'est aussi de rassembler tout le personnel de ce ministère sur un seul et même site et d'opérer un rééquilibre dans la partie Est de Paris, face à l'émergence du quartier de La Défense.