CULTURE. Interroger la notion d'habitat destiné aux seniors en France fait l'objet d'une exposition à la Cité de l'architecture et du patrimoine, dans le XVIème arrondissement de la capitale. Les visiteurs sont invités à réfléchir à différentes propositions de logements idéales pour les aînées, en découvrant des projets bienveillants.

Trois personnes âgées dans une décapotable flambante rouge se tiennent la main, riant aux éclats. Derrière cette image pop qui sert d'affiche à sa nouvelle exposition, la Cité de l'architecture et du patrimoine annonce la couleur. Celle d'interroger sur le bien vieillir ensemble, un sujet que le musée qualifie de sujet sociétal et architectural "qui mérite la plus grande attention pour rendre le quotidien plus vivable". La France compte 18 millions d'habitants âgés de 60 ans et plus selon l'Insee. Ils pèseront pour un tiers de la population d'ici 2060. Pour parler de cette thématique, l'institution organise l'exposition "Bien vieillir ensemble" et interroge, à travers elle, la question du logement des seniors en présentant 16 projets réalisés ces dix dernières années dans l'Hexagone. "Au côté d'une réponse, déjà ancienne, articulée autour d'établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), la recherche du maintien à demeure et de l'autonomie trace une autre voie, ouverte à l'expérimentation", expliquent les commissaires, dans un communiqué. Francis Rambert, directeur du département de la création architecturale, Christine Carboni, adjointe au directeur, Martine Colombet, responsable éditoriale et Jean-François Pousse, journaliste et critique, ont ensemble imaginé cette exposition.

 

"Les propositions se multiplient de mixité sociale, générationnelle, de relation à la ville et à la nature ; entre dépendance et résilience, c'est ainsi toute la question de la réponse architecturale et urbaine à la 'fragilité' qui est posée, dans une ville contemporaine qui se doit d'être inclusive", ajoute l'institution dans un communiqué. Des typologies alternatives de logements sont présentées ainsi que des projets emblématiques, déclinés en quatre thèmes : transformation du patrimoine, relation à la nature, organiser la mixité et s'adapter aux spécificités. L'un des grands enjeux est de maintenir les plus âgés en ville, assurent les concepteurs de cette exposition, qui regrettent que certains Ehpad et maisons de retraite soient "devenus des programmes où l'on raisonne en termes de 'produits', et non en termes de 'projets'". Ils estiment ainsi que la recherche doit continuer en faveur de meilleurs logements pour les anciens et que les concours d'architecture ont toute leur importance "pour atteindre un tel objectif".

 

Métamorphoser l'ancien

 

"Entre dépendance et résilience, c'est toute la question de la réponse à la fragilité qui est ainsi posée, dans une ville contemporaine qui se doit d'être inclusive. L'objectif est d'éviter les 'ghettos de vieux' en favorisant la mixité sociale", continuent-ils. En parallèle, le bâti existant fait l'objet de rénovation ou de transformation. Justement, "la plupart des lieux d'accueil de la vieillesse mériteraient des retouches et des réhabilitations", jugent les commissaires. En effet, 36% des Ehpad n'ont pas été rénovés depuis 1999 et connaissent, par exemple, des problèmes de vétusté. L'exposition veut montrer que transformer le patrimoine peut représenter pour les architectes une opportunité de réalisation "stimulante" qui fait "dialoguer avec la mémoire" et pousse à "concevoir avec les caractéristiques de l'ancien".

 

Ces transformations nécessitent de réfléchir à l'organisation spatiale afin de la réinventer aux désirs et aux besoins d'aujourd'hui et de demain. "Concevoir un Ehpad dans un édifice historique ou à valeur patrimoniale oriente la création. Échelles, générosité des volumes et des surfaces, fenêtres hautes, matériaux offrent des libertés précieuses, celles de déroger aux règles en respectant leur esprit", estiment-ils. Parmi les quatre projets présentés de cette thématique, les visiteurs découvrent la "Villa Village", livrée en 2018 à Lille. Cet ancien hôtel particulier a été transformé par Stera Architectures en résidence intergénérationnelle et sociale de dix logements et réunit des seniors, des étudiants, jeunes salariés et personnes en grandes difficultés qui ont parfois été sans-abri.

 

Villa Village de Stera architectures
Le projet Villa Village de Stera architectures à Lille. © Luc Boegly

 

Renouer avec la nature

 

"Bien vieillir ensemble" montre également l'importance de la proximité avec la nature pour les personnes âgées. "Faut-il s'implanter en ville, sur ses franges ou celles du bourg, en pleine campagne ? La mise à l'écart des 'vieux' arrange ceux qui ne veulent pas voir ce miroir de leur futur, et scandalise ceux qui rejettent cette exclusion du corps social d'une tranche de population qui, bien qu'affaiblie, fait anthropologiquement partie de la société humaine", tranchent les commissaires. Boiser les alentours d'une résidence, offrir une vue végétalisée, "offre la liberté de l'extérieur à l'intérieur", estiment-ils. L'un des projets sélectionnés par l'exposition s'inscrit dans cette philosophie. La "Résidence du soleil", imaginée par Badia Berger Architectes, abrite côté intérieur un jardin privé plantureux et, côté extérieur, un vaste parc. Livrés à Maisons-Alfort (Val-de-Marne) en 2020, tous les studios possèdent une loggia ouverte sur la nature et isolée de sa voisine par un cellier.

 

Résidence du soleil Badia Berger Architectes
La Résidence du soleil conçue par Badia Berger Architectes. © Ph. 11h45

 

L'exposition met également en avant la nécessité d'organiser une mixité, en évitant de séparer les seniors du tissu social. Il s'agit alors de favoriser la mixité urbaine, humaine et d'habitat, en allant vers l'inclusion des personnes âgées. "Suivant les niveaux d'autonomie, l'éventail des solutions alternatives ne demande qu'à se déployer (foyer logement, maison d'accueil rural, béguinage, habitat participatif, famille d'accueil, Ehpad hors les murs, plateforme…)", assurent les commissaires. Selon eux, le regroupement de plusieurs programmes au sein d'un même îlot (Ehpad, résidences, foyers, crèches, logements sociaux, commerces) est l'une des solutions d'habitat à favoriser pour éviter l'isolement social. Le phénomène de réseau de services collectifs existe déjà dans certains pays, à l'instar du Japon, des États-Unis ou de certaines nations d'Europe du Nord. En France aussi existent quelques initiatives, telles que le projet de l'agence TVK, un Ehpad, un centre d'accueil jour, une résidence sociale et 24 logements livrés en 2015 au cœur du XVe arrondissement de Paris.

 

TVK ehpad paris exposition bien vieillir ensemble
Le projet de TVK à Paris a été choisi pour illustrer l'exposition "Bien vieillir ensemble" de la Cité de l'architecture et du patrimoine. © Julien Lanoo

 

Rendre leur dignité aux anciens

 

Face au nombre croissant d'aînés en perte d'autonomie (cinq millions de personnes estimées en 2050 selon les commissaires), l'exposition montre qu'il faut s'adapter aux spécificités des établissements, de la région dans laquelle ils se trouvent et de leurs résidents. Cela signifie de prendre en compte le tissu urbain, les activités aux alentours, la situation en ville, sur ses franges et en campagne. Les commissaires appellent à augmenter le nombre de places en établissement spécialisé et n'hésitent pas à épingler certaines pratiques. Le manque de personnel dans les Ehpad, le manque de considération quant à la dignité de certains résidents et l'obtention de "juteux retours sur investissement" pour les majors de la gestion des Ehpad effarent les commissaires.

 

Les architectes ont, selon eux, la "grande responsabilité [de mener] une mission de respect, d'attention au service de l'autre, [voire] d'amour". Quatre projets sur cette thématique sont représentés dans cette exposition, dont la résidence de l'Alumnat, à Scherwiller (Bas-Rhin) qui compte 34 chambres de maison de retraite, une unité de vie protégée de 12 chambres mais aussi des espaces de vie et des jardins. Conçu en 2011 par Richter architectes et associés, ce bâtiment est "pour le corps ralenti, vulnérable, une autre liberté", décrit le musée. "Une stratégie de séquences, de transitions, d'articulations spatiales suscite mouvements et pauses, fait de chaque mètre un seuil, un lieu habité et ainsi, par graduations successives, accompagne chacun du collectif à l'intimité."

 

Résidence de l\'Alumnat Richter architectes
La résidence de l'Alumnat a été imaginé par Richter architectes et associés. © Nadège Boulmeck

 

Informations pratiques

 

"Bien vieillir ensemble", jusqu'au 13 mars 2022
Cité de l'Architecture et du Patrimoine
Palais de Chaillot
1, place du Trocadéro, Paris 16e

Et autour de l'exposition…

Colloque
"Bien vieillir ensemble"
Mercredi 26 janvier 2022, 9h30-19h - Auditorium

 

Débat
"Loger les anciens, une affaire de spécificité ?"
Jeudi 3 mars 2022, 19H - Plateforme
Accès libre, réservation sur le site du musée

actionclactionfp