"J'ai alors choisi de travailler avec un associé anglais Jonathan Thornhill basé à New York pour travailler pleinement sur cette tour", ajoute-t-elle. Les contraintes sont, en effet, nombreuses à New York. "En revanche, il faut reconnaître que là-bas, il faut faire face au code de l'Urbanisme particulièrement complexe, nous explique Françoise Raynaud. Sur les blocs, il faut acheter en fait les droits de vues des voisins, précise Françoise Raynaud. C'est pourquoi, sur la Garden Tower à Manhattan, nous avons dû revoir plusieurs fois notre copie. Nous n'avons pas pu monnayer les droits de vues à certains endroits de la tour."

actioncl